Monde

Prix Nobel de littérature: soupçons de conflit d'intérêts autour de la nomination de Mo Yan

Jamal El Hassani, mis à jour le 22.10.2012 à 16 h 30

Nobel-Prize/Abhijit Bhaduri via Flickr CC Licence by

Nobel-Prize/Abhijit Bhaduri via Flickr CC Licence by

Des soupçons de conflit d’intérêts entourent l’attribution du prix Nobel de littérature, rapporte Foreign Policy. Göran Malmqvist, l’un des membres du comité Nobel est le principal responsable de la nomination de Mo Yan. Il a insisté auprès de ses collègues afin que l’écrivain chinois remporte le prix Nobel et leur a fourni des traductions suédoises de son cru.

Il se trouve que Malmqvist est sinologue et traducteur de chinois. Après la nomination de Mo Yan, il a fourni ses traductions à un éditeur suédois, selon la télévision publique suédoise SVT, ce qui pourrait lui rapporter beaucoup d’argent étant donné le grand intérêt du public pour les auteurs fraîchement nobelisés.

Comme l’explique Foreign Policy, les règles du comité Nobel concernant les conflits d’intérêts sont très strictes et auraient dû permettre de détecter cette situation douteuse:

«S'il y a le moindre signe de conflit d’intérêts, la personne concernée est censée quitter les locaux pendant les discussions autour du candidat (...)

Il peut y avoir des situations qui n’ont pas l’air nettes et qui pourraient donc être remises en question... Dans de tels cas les membres doivent être particulièrement prudents, et il serait approprié de se retenir de participer aux délibérations.»

Les accusations dont il fait l’objet ont rendu Göran Malmqvist furieux. Il a envoyé un e-mail incendiaire aux journalistes de SVT, les traitant d’«idiots» et fustigeant leurs pratiques journalisitiques:

«Je suppose que nous avons reçu la couverture culturelle que nous méritions dans ce trou paumé de province.»

Ce n’est pas la première affaire qui entache la réputation de neutralité du prix Nobel. Cette année, la nomination de l’Union européenne comme prix Nobel de la paix était déjà vivement critiquée en Norvège où l’on accusait le président pro-européen du Comité Nobel Thorbjørn Jagland de vouloir relancer le débat sur l’entrée de son pays dans l’Union européenne. En 2011, des soupçons de corruption entouraient la nomination du Suédois Tomas Tranströmer en littérature. En 2008 également, des membres du comité Nobel étaient accusés de corruption et de liens avec des laboratoires pharmaceutiques chinois.

Jamal El Hassani
Jamal El Hassani (83 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte