France

Fidel Castro n'avait été reçu qu'une fois en France: en 1995, par François Mitterrand

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 26.11.2016 à 12 h 30

Le leader cubain décédé ce 25 novembre 2016 avait été accueilli très officiellement à l'Élysée par le chef de l'État socialiste. La fin d'un «apartheid» diplomatique, selon Castro.

François Mitterrand et Fidel Castro, le 13 mars 1995 à Paris I MICHEL GANGNE / AFP

François Mitterrand et Fidel Castro, le 13 mars 1995 à Paris I MICHEL GANGNE / AFP

Fidel Castro est décédé ce vendredi 25 novembre 2016 à l'âge de 90 ans, a annoncé la télévision cubaine. En près de cinquante ans de pouvoir à Cuba, il a été reçu une seule fois par le pouvoir français, au printemps 1995, alors que François Mitterrand terminait son second septennat.

En octobre 1974, il avait déjà accueilli à Cuba celui qui était alors premier secrétaire du PS et venait d’être battu de peu lors de l’élection présidentielle six mois plus tôt, venu en compagnie de son épouse Danielle et de l’intellectuel Régis Debray. «Vous avez fait plus qu’il ne fallait pour nous», avait remercié l’élu français avant de prendre l’avion du retour.

En mars 1995, près de trois ans après son dernier déplacement en Europe, Castro se rend donc en France, à l'occasion d'un sommet sur le développement de l'Unesco, pour une visite officiellement privée. Mais en réalité très… officielle, et très critiquée par les opposants cubains. Protégé par les autorités françaises et logé à l'hôtel Marigny, il petit-déjeune avec Danielle Mitterrand, qui a pris position en sa faveur dans son conflit avec les États-Unis.

Venu en costume plutôt qu'avec son traditionnel treillis, il est ensuite reçu avec toute la pompe républicaine par François Mitterrand: le président français lui promet son assistance dans la fin du blocus américain en échange d’un accroissement des libertés à Cuba. «Ce matin, en foulant le sol français, je me suis dit: ça y est, l'apartheid est fini», aurait déclaré Castro. Le dirigeant cubain rencontre également le président de l’Assemblée nationale, Philippe Séguin (RPR).

Il partage aussi une soirée avec l’ancien premier secrétaire du PCF, George Marchais, à son domicile à Champigny-sur-Marne. «Nous avons pris un repas léger ensemble et apprécié quelques bonnes bouteilles», explique le dirigeant communiste. Parmi ses autres activités, une visite au tombeau de Napoléon et au musée d'Orsay, une rencontre avec les dirigeants du CNPF (ancêtre du Medef) et un déplacement en Bourgogne chez l'industriel du poulet Gérard Bourgoin, gros investisseur à Cuba.

Le 11 janvier 1996, Castro est présent à la cathédrale Notre-Dame de Paris pour les obsèques de François Mitterrand, décédé trois jours plus tôt. Les commentateurs rappellent alors que le président français s’est toujours refusé à aller en voyage officiel à Cuba.

En mai 2015, François Hollande a rendu visite à Fidel Castro lors de son déplacement à Cuba. «J’avais devant moi un homme qui a fait l’Histoire», a ensuite expliqué le chef de l'État français.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (838 articles)
Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte