Monde

Twitter censure un compte pour la première fois

Pierrick de Morel, mis à jour le 18.10.2012 à 14 h 19

Twitter / trekkyandy via Flickr CC, Licence By

Twitter / trekkyandy via Flickr CC, Licence By

Pour la première fois depuis sa création, Twitter a révélé jeudi 18 octobre avoir censuré un compte controversé à la demande de la police allemande.

The Atlantic raconte que le compte Besseres-Hannover, qui se présente comme un portail d’information, postait des messages à caractère néo-nazi sur Twitter, qui a donc bloqué la diffusion de ces tweets en Allemagne, conformément à sa nouvelle politique de confidentialité mise en place en janvier dernier. Alex Macgillivray, avocat de Twitter, a officialisé cette décision par un tweet:

Mais Adam Clark Estes, journaliste de The Atlantic, se demande s’il convient vraiment de féliciter Twitter pour cette mesure inédite, puisque le compte n’est interdit qu’en Allemagne et reste accessible depuis n’importe quel autre pays du monde. L’article se demande également comment les défenseurs de la liberté d’expression vont réagir à ce qui peut apparaître comme de la censure:

«Comme Twitter l’a reconnu, c’est la première fois qu’ils appliquent leurs nouvelles mesures de censures locales, et cela arrive près d’un an après qu’ils ont lancé l’idée. Est-ce si grave si Twitter censure un compte par an dans un pays du monde?»

En même temps, le journaliste craint que cette mesure n’incite des gouvernements à solliciter régulièrement Twitter pour censurer des comptes qui ne leur plairaient pas.

En France, la question de la liberté d’expression sur le réseau social se pose également depuis la propagation la semaine dernière du hashtag #unbonjuif, qui avait donné lieu à une pluie de tweets antisémites.

A la suite de cet épisode, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a envisagé de porter plainte contre Twitter, comme le raconte Libération qui explique que l’UEJF aimerait que le réseau social américain suspende le hashtag incrimé et communique à la justice les données d’identification des auteurs des propos antisémites.

Une réunion entre l’UEJF et Twitter est programmée ce jeudi 18 octobre, et la question de la liberté d’expression sur les réseaux sociaux devrait de nouveau être au cœur des débats. Car comme l’explique The Atlantic en conclusion de son article:

«Dans le passé, la censure n’était pas au programme de Twitter. Ce n’est désormais plus le cas.»

Pierrick de Morel
Pierrick de Morel (70 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte