Monde

Pourquoi appelle-t-on Netanyahou «Bibi»?

Laure Beaulieu, mis à jour le 15.10.2012 à 17 h 35

Benjamin Netanyahou, en août 2012. REUTERS/Uriel Sinai/Pool

Benjamin Netanyahou, en août 2012. REUTERS/Uriel Sinai/Pool

Joe Biden, actuel vice-président des Etats-Unis et colistier de Barack Obama, a utilisé pendant son débat avec Paul Ryan le surnom «Bibi» pour parler du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Il n'est pas le seul à le faire, d'autres hommes politiques et les médias se servent très souvent du diminutif «Bibi» pour évoquer le Premier ministre de l'Etat hébreu. Lorsque Benjamin Netanyahou avait montré un schéma de bombe à l'ONU, le 27 septembre 2012, plusieurs médias américains avaient surnommé la bombe «Bibi's bomb» (la bombe de «Bibi»).

The Atlantic cherche à comprendre pourquoi Joe Biden se permet avec «Bibi» une telle liberté, ce qu'il ne ferait pas avec un autre homme (ou femme) politique. Le journal avance deux hypothèses:

«L'utilisation de "Bibi" par Biden rappelle depuis combien de temps Netanyahou est sur le devant de la scène internationale et de manière plus importante combien il a été omniprésent aux Etats-Unis durant cette période (...) Netanyahou est sans doute le leader politique auquel les Américains sont le plus confrontés. Ce qui signifie que les politiques américains comme les Américains moyens partagent avec Netanyahou une familiarité, et dans certains cas peuvent avoir le sentiment de le connaître intimement.»

Cette familiarité avec le peuple américain serait une des raisons qui permettrait d'expliquer pourquoi Benjamin Netanyahou est désigné par son surnom, mais ce n'est pas la seule:

«Cela indique aussi que Netanyahou n'est pas toujours pris au sérieux ou pour argent comptant (...) Le surnom infantilisant que beaucoup utilisent pour parler de lui va dans le sens de l'idée communément admise selon laquelle les avis de Netanyahou peuvent être ignorés ou mis de côté.»

Enfin, conclut The Atlantic, cette appellation nous dit quelque chose des relations entre l'Etat hébreu et les Etats-Unis.

«En se référant constamment à son ami "Bibi", Biden formule les inquiétudes d'Israël envers l'Iran pratiquement entièrement autour de Netanyahou» et par extension, il prend le risque de réduire les relations entre les Etats-Unis et Israël à des relations personnelles entre le Premier ministre et les leaders américains.

Dans la partie du discours de Joe Biden consacrée à Netanyahou, le journaliste du Daily Beast, Peter Beinart, a remarqué autre chose. «Il y a au moins une chose qu'il a dite qui ne peut pas être vraie: "Maintenant, concernant Bibi, il est mon ami depuis 39 ans".» Selon les calculs du journaliste, ce n'est pas possible qu'ils se connaissent depuis aussi longtemps. «Bibi», un (pas si vieil) ami que l'on appelle par son surnom, c'est de la communication politique avant tout.

Laure Beaulieu
Laure Beaulieu (107 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte