Monde

Volkswagen pourrait sortir une nouvelle «voiture du peuple» en 2015

Annabelle Georgen, mis à jour le 13.10.2012 à 9 h 32

Modèle historique de la «coccinelle», reproduite en 2003, à 3.000 exemplaires, dans l'usine de Puebla, au Mexique. REUTERS/Andrew Winning AW/ME

Modèle historique de la «coccinelle», reproduite en 2003, à 3.000 exemplaires, dans l'usine de Puebla, au Mexique. REUTERS/Andrew Winning AW/ME

Tout le monde ne peut pas s'offrir une Golf. Mais d'ici 2015, tout le monde pourrait avoir les moyens de rouler en Volkswagen. Selon le Spiegel, le géant européen de l'automobile est train de concevoir une voiture low cost qui serait vendue entre 6.000 et 8.000 euros. Selon des informations du magazine Bild Auto (article complet non disponible online), trois modèles devraient être mis sur le marché: berline avec hayon arrière, un break et un van de cinq à six places. Nom de code du projet: Budget Car.

Du côté du constructeur, on ne confirme pas. Eric Felber, son porte-parole, se borne à dire:

«Volkswagen réfléchit depuis longtemps à une marque bon marché. Une décision n'a pas encore été prise.»

Mais le Spiegel poursuit:

La rumeur court depuis longtemps: une marque bon marché ayant pour modèle la filiale roumaine de Renault, Dacia, est une affaire quasi conclue. D'après des informations du Bild (magazine Bild Auto, article non disponible online), ce serait pour d'ici à 2015.

«Ce n'est pas irréaliste», dit-on chez Volkswagen. Mais d'ici là un bon nombre de problèmes doivent être résolus. Parmi lesquels, bien sûr, le nom qui sera donné à l'enfant. Le plus probable serait un nouveau nom de marque.

Le succès monstre qu'a remporté Renault ces dernières années avec sa voiture low cost à 7.700 euros, la Dacia Logan, qui a dépassé le million de ventes en 2008, soit quatre ans après sa mise sur le marché, fait bien sûr saliver Volkswagen.

Pour le quotidien économique Handelsblatt, ce segment commercial est justement aujourd'hui le seul qui manque à l'attirail de Volkswagen:

D'après les estimations de nombreux observateurs du marché, une vraie voiture économique, c'est exactement ce qui manque encore à l'entreprise Volkswagen et à ses douze marques. Pour compenser ces faiblesses, le discours était pourtant de viser en priorité des pays émergents comme l'Inde ou le Brésil. Une commercialisation en Europe, où le concurrent sud-coréen Hyundai/Kai, Fiat et les Français sont fortement impliqués, serait quelque chose de nouveau.

Difficile en tout cas de ne pas faire un parallèle entre ce projet de voiture low cost et la coccinelle qui fit entrer Volkswagen (qui signifie «voiture du peuple») dans la légende. À l'origine, cette dernière avait été créée pour répondre au même objectif, qui était alors celui d'Hitler: que chacun puisse être propriétaire d'une voiture, quels que soient ses revenus.

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (343 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte