France

Procès des tournantes: jugement trop clément, le parquet fait appel

Jamal El Hassani, mis à jour le 12.10.2012 à 18 h 36

Le Palais de Justice de Créteil, janvier 2008.REUTERS/Charles Platiau

Le Palais de Justice de Créteil, janvier 2008.REUTERS/Charles Platiau

Une lueur d’espoir pour les plaignantes du procès des tournantes? Le parquet a fait appel des décisions des jurés de la cour d’assises du Val-de-Marne, rapporte Le Monde. Le quotidien rappelle que «dix personnes ont été acquittées et quatre condamnées à des peines d'un an ferme maximum». Un jugement bien trop clément pour le ministère public:

«Le verdict est trop éloigné du réquisitoire de l'avocate générale, à la fois sur les peines prononcées et sur certains acquittements. Il ne correspond pas au déroulement des crimes et à leur appréciation.»

«C'est un message à l'égard des deux jeunes femmes qui doivent être restaurées dans leur place de victimes d'atteintes particulièrement graves à leur intégrité physique et psychique.»

Les associations féministes sont scandalisées par l’issue du procès. Osez le féminisme parle même de «permis de violer», rapporte Libération. Selon Le Parisien, trente associations féministes ont envoyé une lettre ouverte à François Hollande demandant la tenue d’un «débat public sur la violence faite aux femmes».

Nathalie Bécache, procureure de la République de Créteil déclare à 20 minutes qu’elle ne voit pas «où est le désastre et le fiasco» dans cette affaire. Elle défend l’instruction en évoquant le temps qui s’est écoulé entre les faits (1999) et leur révélation (2005), ce qui a altéré la mémoire des plaignantes et rendu plus floue leur version des faits. Le Monde évoque «un dossier mal instruit» et des «failles judiciaires» pour expliquer les acquittements et la clémence des quelques condamnations.

Le procès des tournantes, dont l’instruction a démarré en 2005, fait suite à la plainte deux jeunes femmes qui auraient été victimes de viols collectifs de la part de dizaines d’hommes différents entre 1999 et 2001 dans les cités de Fontenay-sous-Bois. Les deux femmes étaient mineures à l’époque des faits.

Jamal El Hassani
Jamal El Hassani (83 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte