Monde

Pour ne pas être allergique, évitez d'être trop propre

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 10.10.2012 à 10 h 50

Cattle at Picosa ranch/heatheronhertravels via Flickr CC License by

Cattle at Picosa ranch/heatheronhertravels via Flickr CC License by

Comment expliquer l’explosion des allergies et de l’asthme chez les jeunes Américains? Selon l’hypothèse hygiénique, développée par certains chercheurs, grandir dans un environnement trop propre augmente les risques de développer une sensibilité à des substances bénignes, comme le pollen ou les squames d’animaux, écrit NBC News.

Une étude publiée en juin dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology vient d’apporter une nouvelle preuve validant cette hypothèse: les enfants de la communauté Amish étudiés, élevés dans des fermes, ont moins de probabilité de développer des allergies et de l’asthme que les autres enfants.

Mais pourquoi un environnement moins aseptisé peut-il être favorable au système immunitaire? Premièrement, l’exposition aux pathogènes permet au système d’apprendre à différencier les irritants nocifs de ceux qui ne le sont pas. Ensuite, dans un environnement hyper-propre, obtenu en utilisant trop de savons antibactériens pour les mains par exemple, le système immunitaire devient trop sensible au moindre irritant qu’il croise sur son chemin, explique le docteur Richard Gallo de l’université de Californie.

N’allez pas non plus en conclure que les enfants doivent renouer avec la mode grunge ou vivre comme des gamins des rues du XIXe pour ne pas attraper d'infections... Simplement il faut savoir rester modéré dans l’usage des produits antibactériens. Et les Américains ont tendance à trop utiliser les lingettes antiseptiques et les savons pour les mains, en faisant un véritable rituel du mode de vie hyper-hygiénique.

Cette accusation de la sur-propreté rejoint les conclusions d’une étude récente relayée par News Discovery, selon laquelle les micro-organismes qui habitent sur le chien renforcent le système immunitaire des enfants et les protègent contre le virus respiratoire syncytial, dont un des symptômes est l’asthme.

En d’autres termes, les enfants qui ont un chien à la maison sont mieux protégés contre ses affections. Plus généralement, être en contact avec des animaux pendant l’enfance stimule le système immunitaire pour défier le développement de l’asthme et d’autres allergies.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte