France

Gaspillage, dirigeants surpayés, statuts obsolètes: le réquisitoire de la Cour des comptes contre le Sciences Po des années Descoings

Jamal El Hassani, mis à jour le 09.10.2012 à 10 h 04

Entrée de la cour des comptes / TouN via Wikimedia CommonsCC License by

Entrée de la cour des comptes / TouN via Wikimedia CommonsCC License by

Science Po Paris trop dépensier? C’est ce qu’affirme un rapport de la Cour des comptes à paraître en novembre et que Le Monde s’est procuré. Les hauts magistrats appellent «à réformer Sciences Po Paris sans délai» et fustigent un financement et un budget obscurs échappant au contrôle de l’Etat.

La haute juridiction reconnaît l’impressionnant développement de l’IEP pendant les années Descoings mais condamne l’irresponsabilité budgétaire qui l’a accompagné:

«La politique de développement de Sciences Po n'a pu être mise en œuvre qu'au prix d'une fuite en avant financière et d'une gestion peu scrupuleuse des deniers publics.»

Les faits les plus graves reprochés à Sciences Po sont la rétribution de ses dirigeants. Par exemple, le salaire du directeur de l’IEP a augmenté de 60,5% entre 2005 et 2011, culminant à 537.246,75 euros annuels en 2010. Le manque de transparence est ici pointé par la Cour:

«L'indemnité mensuelle de [Richard Descoings] ne repose sur aucun contrat formel et n'a pas été votée en conseil d'administration.»

Jamal El Hassani
Jamal El Hassani (83 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte