Les îles Tatoosh, baromètre du changement climatique

Tatoosh Island/Andy Karmy via Flickr CC Licence by

Les îles Tatoosh, situées dans l'Etat de Washington, aux Etats-Unis, sont depuis quatre décennies un laboratoire pour l'observation du changement climatique.

Le New York Times raconte l'histoire de deux biologistes de l'université de Chicago, Cathy Pfister et Timothy Wootton, qui travaillent depuis les années 1980 sur les îles Tatoosh et observent les transformations de cet environnement, notamment le déclin de nombreuses espèces animales.

«Parmi les déclins que les chercheurs ont observé: des populations historiquement robustes de goélands et des Guillemots de Troïl ne sont plus que la moitié que ce qu'ils étaient il y a 10 ans, et seuls quelques oisillons ont éclos ce printemps. Les moules sont plus fines et elles semblent se détacher plus facilement et plus fréquemment des rochers. Les bernaches nonnette souffrent aussi, ainsi que les algues marbrées coralliennes couleur de vin, qui apparaissent comme des graffitis le long du littoral rocheux.»

Les chercheurs américains tentent d'expliquer cette évolution.

«Les biologistes soupçonnent que ces changements soient liés à un fort déclin du Ph dans l'eau, un changement qu'ils attribuent à l'absorption de trop de dioxyde de carbone, libéré en quantités toujours plus importantes dans l'atmosphère par la combustion de combustibles fossiles pour l'énergie.»

«Alors que certaines espèces pourront peut-être s'adapter à ces nouvelles conditions océaniques, beaucoup ne le pourront pas», conclut le journaliste du New York Times.

Les îles Tatoosh ne sont pas le seul lieu de la planète où les scientifiques observent l'extinction progressive de certaines espèces du fait de changements environnementaux.

Une autre zone d'observation privilégiée pour les chercheurs sur le changement climatique sont les pôles, Sud et Nord. Cet été, les glaces de l'Arctique ont été observées avec attention. L'étendue de la banquise a fondu jusqu'à un niveau jamais atteint depuis la création des mesures par satellites il y a 33 ans; le record de fonte de 2007 avait été franchi le 18 août, explique Sciences et avenir.