Pour la BBC, Paris est la capitale de la morosité

French Flag / salady via Flickr CC Licence By

Hugh Schofield, journaliste à la BBC, est un de ces nombreux Anglais qui résident en France et prennent fréquemment l’Eurostar entre Paris et Londres.

Observant les deux sociétés à partir des gares qui relient les deux capitales (Gare du Nord à Paris et Saint-Pancras à Londres), il s'essaie dans un article de psychologie des peuples à une description de l’état d’esprit des deux populations, et sa religion est faite: au nord du Channel, l'optimisme permet de surmonter les difficultés alors que dès qu’on franchit le tunnel dans l’autre sens, ce n’est que morosité, anxiété et dépression latente:

«Je dirais qu’en 16 ans de vie en France et de trajets réguliers entre les deux capitales via le tunnel sous la Manche, je n’ai jamais ressenti une telle disparité entre les humeurs respectives des deux pays.

Vous m’objecterez que l’année a été hors norme pour le Royaume-Uni, avec le Jubilé de la Reine et les Jeux olympiques, et que cette impression peut être de courte durée et s’avérer trompeuse.»

Les statistiques nationales sont mauvaises dans les deux pays, mais tout de même: le chômage vient de passer la barre des 3 millions de personnes et va continuer à augmenter chez les froggies, détaille l’auteur:

«Chaque semaine voit une nouvelle annonce de plan de licenciement de grand échelle. Cette semaine, le dernier haut fourneau de Lorraine —un temps le creuset de l’industrie de l’acier français— a fermé.»

Dans sa longue liste d’exemples qui montrent que la France est sur le déclin, Hugh Schofield mélange volontiers situation économique, inquiétude des entrepreneurs et faits divers, comme celui d’Echirolles. C’était à Grenoble, précise-t-il… «Une ville que dans mon expérience vieillotte j’associais à l’université, aux nouvelles technologies et aux Alpes: plus maintenant.»

Et même les bonnes nouvelles se transforment en mauvaises: récemment sacrée championne olympique, la France du handball découvre que certaines de ses stars sont impliquées dans une affaire de paris truqués.

Alors certes, admet-il en conclusion, au Royaume-Uni aussi certaines choses vont mal, mais des efforts sont faits pour redéfinir des pans de la vie nationale, comme l’éducation et l’Etat providence. Bref, de l’autre côté du Channel, au moins, ça bouge.

Récemment, la Commission européenne a publié le quatrième volet de son Eurobaromètre annuel, qui mesure la perception du climat social par les populations des Etats européens.  

Le climat social moyen dans les 27 pays de l’Union est de -0,8 en 2012. C’est une baisse de 0,2 points par rapport à l’année dernière (-0,6). Si la Grèce est logiquement en bas de tableau (index de -5,8), la France fait à peine mieux que la moyenne, avec un score de -0,4, ce qui la place en milieu de tableau. Et juste en dessous d’un autre Etat: le Royaume-Uni.

Quant à l'ambiance dans la capitale française, en 1996 déjà, les chanteurs hip hop français entonnaient ce refrain célèbre: «Paris a le blues».

Modifié le 5 octobre à 15h36