Le baiser de Times Square: l'une des photos les plus romantiques au monde dépeint une agression sexuelle

Dans la série photo-ultra-connue-qui-n'est-pas-ce-qu'on-pensait, une blogueuse de «Crates and Ribbons» attire notre attention sur cette image iconique d'un marin embrassant fougueusement une infirmière le 14 août 1945, jour de la capitulation du Japon aux Etats-Unis surnommé le «V-J Day», ou «Victory over Japan Day».

La photo a été prise par Alfred Eisenstaedt, du magazine Life, et l'identité des deux protagonistes a longtemps été un mystère; plusieurs personnes ont affirmé être le marin et l'infirmière. Dans un livre sorti en mai dernier, The Kissing Sailor, les auteurs affirment qu'il s'agit de George Mendonsa et Greta Zimmer Friedman et que, contrairement à ce que l'on peut penser à force d'avoir vu cette photo dans les classements des «images les plus romantiques de tous les temps», ils n'étaient pas en couple. Plus que ça, ils ne se connaissaient absolument pas, et on n'assiste en fait pas là à la capture photographique d'un enthousiasme spontané de deux jeunes gens heureux que la guerre soit finie, mais à ce que Crates and Ribbons qualifie d'agression sexuelle.

La blogueuse revient en effet sur les articles publiés au moment de la sortie du livre, avec des interviews des protagonistes, en se concentrant sur ce que nous dit Greta Zimmer Friedman de ce jour-là:

«Je ne l'ai pas vu approcher, et avant que je comprenne ce qui se passe, je me suis retrouvée enserrée comme dans un étau» - Le Dailymail

«Je n'ai pas choisi d'être embrassée... Le mec est juste arrivé et m'a attrapée!» - Veterans History Project

«On m'a attrapée. Cet homme était très fort. Je ne l'embrassais pas, c'est lui qui m'embrassait.» - Le New York Post

George Mendonsa, présent ce jour là avec sa petite amie, avait bu pour célébrer la bonne nouvelle, avant de voir une jeune femme en blanc dans Times Square. Pour Crates and Ribbons, ce baiser forcé d'un inconnu ivre sur une femme non consentante n'est rien d'autre qu'une agression sexuelle, qu'on continue de glorifier et de rendre romantique, comme si «Greta n'avait rien dit»:

«D'une certaine manière, je peux le comprendre [...] Le fait que cette photo qu'on adore tous décrit une agression sexuelle, et pas de la passion, et une vérité inconfortable, et en parler peut vous faire passer pour un bégueule rabat-joie. Après tout, ce marin a risqué sa vie pour son pays. Son excitation et son soulagement sont justifiés, non? Ce sont des circonstances uniques, non? La réponse à cette première question est oui. Il a parfaitement le droit d'être en extase. En revanche, ce droit ne veut pas dire qu'il peut empiéter sur l'autonomie corporelle de quelqu'un d'autre.»

Dans son interview à Veterans History Project, Greta Friedman, elle explique que d'autres marins ont embrassé des femmes ce jour là:

«Ils étaient contents, ils ne devaient pas repartir à la guerre. Ils en avaient assez! On s'est rendu compte que beaucoup de femmes ont été embrassées par des marins ce jour-là... pour fêter ça.»

Ce n'est pas la première fois qu'on redécouvre une photographie aussi célèbre que celle du baiser de Times Square. On vous parlait par exemple récemment de celle d'ouvriers déjeunant sur une poutre suspendue dans le vide, qui s'est avérée n'être rien d'autre qu'une publicité pour le Rockefeller Center.