Pourquoi les gangsters tirent avec leur pistolet sur le côté?

DSCF4078 / joelogon via Flick CC Licence By

Parmi les habitudes les plus stupides des gangsters, celle qui consiste à tenir son pistolet sur le côté lorsqu’ils tirent est sans doute celle qui a les conséquences les plus néfastes pour la société.

Comme le relate Gizmodo, un ancien tireur d’élite instructeur des Marines, Jon Davis, a récemment expliqué sur Quora pourquoi cette position était imprécise et dangereuse pour tous ceux qui n’ont pas le niveau d'entraînement d’un officier des forces spéciales...

La visée est la technique qui consiste à vérifier que l’avant et l’arrière du pistolet sont pointés vers la cible et forment une ligne droite. C’est ce qu’on appelle «construire le château», explique l’instructeur. Comme si l’alignement des intruments de visée (le cran de mire et le guidon) formaient une tour à trois créneaux, tous alignés sur la même ligne horizontale. Or c’est en tenant son pistolet droit que l’on a le plus de chance de viser correctement.

Sur le site Quora.com, l'ancien instructeur de tir et tireur d'élite explique la technique de visée

A l’inverse, la technique dite du «flash sight picture», employée par les militaires dans les combats rapprochés contre un bataillon d’ennemis, privilégie la rapidité de la visée au détriment de la précision. Une technique de visée qui fonctionne en théorie. Sauf qu’en pratique, poursuit l’instructeur, «vous n’avez aucun moyen de savoir si votre arme est inclinée correctement. Cela signifie que vous n’obtiendrez jamais le même tir deux fois de suite puisque vous ne visez jamais de la même manière».

D’ailleurs Sudhir Venkatesh, professeur de sociologie à Columbia et ancien consultant pour le FBI, explique dans le New York Times pourquoi la police devrait porter plus d’attention à la compréhension des gangs de jeunes et de leurs rapports aux armes à feu.

Selon lui, les gangsters sont de mauvais tireurs.

«Leurs membres ne savent même pas faire correspondre un pistolet aux balles adaptées... Peu d’entre eux savent charger un pistolet, le nettoyer ou tirer sur une cible. Ils se blessent les uns les autres –et blessent aussi les passants– aussi souvent qu’ils atteignent leurs ennemis.»

Alors, faudrait-il carrément proposer des entraînements au tir de rue pour leur apprendre à mieux viser? Ce serait évidemment grotesque, poursuit l’auteur: cela permettrait certes de réduire les pertes d’innocents, mais renforcerait le pouvoir des criminels.

Brian Palmer a pour sa part expliqué, dans Slate, l’aspect culturel de la visée de travers. Si les gansters la kiffent, c’est «parce que ça fait Hollywood, tout simplement. Journalistes et experts en armes à feu s'accordent pour dire que c'est le film des frères Hughes sorti en 1993, Menace II Society où l'on voit un personnage tenir son pistolet de côté, qui aurait rendu cet usage populaire».

«Et […] c'est, ajoutait-il, la pire manière de s'y prendre pour viser. Il est extrêmement difficile de se servir correctement de la visée montée sur une arme à feu tenue de côté. Mais dans la rue, les criminels n'en ont visiblement pas grand-chose à faire puisque selon une enquête du FBI, 60% d'entre eux n'utilisent même pas la visée.»

Photo: DSCF4078 / joelogon via Flick CC Licence By
Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
LIFE -
Publié le 04/10/2012
Mis à jour le 04/10/2012 à 18h53