Life

L'addiction à Internet bientôt un trouble psychiatrique reconnu?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 03.10.2012 à 14 h 00

Students working on class assignment in computer lab / Extra Ketchup via Flickr CC License by.

Students working on class assignment in computer lab / Extra Ketchup via Flickr CC License by.

Tremblez internautes compulsifs! Les psychiatres ont décidé de se pencher sur votre cas, et pourraient bientôt vous diagnostiquer comme atteint d'un trouble mental.

La prochaine édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), la bible internationale de la psychiatrie, évoquera un nouveau trouble, le «Internet-use disorder» (littéralement «trouble de l’utilisation d’Internet»), sur lequel les professionnels sont incités à faire des «recherches supplémentaires», rapporte Mashable.

Mais encore? Le manuel explique que certaines personnes qui passent beaucoup de temps sur Internet développent des symptômes similaires à ceux qui sont atteints d’autres troubles de l’addiction, et que la communauté psychiatrique devrait étudier ce phénomène pour éventuellement en faire un trouble à part entière.

La classification semble trouver sa source dans d’autres inquiétudes autour notamment de l’addiction au jeu vidéo chez l’enfant comme l’écrit Russia Today:

«L’Australie a été un des premiers pays à reconnaître le problème et à proposer un traitement à la population, et a créé des cliniques qui traitent l’addiction au jeu vidéo. Le fait qu’une technologie autant utilisée puisse faire du mal aux enfants a entraîné de nouvelles études sur les habitudes des adultes concernant d’autres appareils utilisés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour la lecture, le divertissement et les interactions sociales.»

Pour ceux d’entre vous qui verront dans cette information une nouvelle preuve que l’on invente des maladies partout et tout le temps, Chris Lane expliquait en 2009 sur Slate.com les dérives du processus de publication du prochain DSM et revenait sur certains des troubles les plus bizarres qui ont été examinés pour inclusion ces dernières années:

«Si vous passez beaucoup de temps en ligne et que vous faites l’amour plus souvent que des psychiatres vieillissants […], pensez à ça: vous serez peut-être bientôt classé parmi les 48 millions d’Américains que l’APA [L’American psychology association] considère comme malades mentaux.»

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte