Monde

Marissa Mayer est maman et suscite un débat sur le congé maternité

Laure Beaulieu, mis à jour le 03.10.2012 à 9 h 23

2008-09-08_11-46-42 / techcrunch50-2008 via Flickr CC License by

2008-09-08_11-46-42 / techcrunch50-2008 via Flickr CC License by

Marissa Mayer, la nouvelle directrice générale de Yahoo!, a accouché de son premier enfant le 1er octobre. C'est son mari, Zachary Bogue qui l'a annoncé sur Twitter.

Mayer, femme de premier plan du milieu des nouvelles technologies, avait annoncé sa grossesse quelques heures après sa nomination à la tête du portail Internet en juillet 2012. Elle avait affirmé au magazine Fortune que cela n'avait pas été un frein pour son employeur et avait précisé que son congé maternité serait très court:

«Je veux rester dans le rythme. Mon congé maternité ne durera que quelques semaines et, pendant ce temps, je continuerai à travailler.»

Une information confirmée par Yahoo! à l'agence Reuters ce lundi, jour de son accouchement. «Elle continuera de travailler à distance et elle envisage de revenir au bureau aussi vite que possible (dans une ou deux semaines environ)», affirmeYahoo!.

Première femme ingénieure employée par Google, Mayer a fait émerger aux Etats-Unis un débat: les femmes peuvent-elles tout avoir? Au départ introduit par Anne-Marie Slaughter (l'une des anciennes responsables au secrétariat d'Etat de Hillary Clinton) dans un article de The Atlantic intitulé Why women can't still have it all (Pourquoi les femmes ne peuvent toujours pas tout avoir), ce débat s'amplifie et se cristallise autour de Marissa Mayer, figure emblématique de la femme qui a tout.

Après l'annonce de son congé maternité éclair, plusieurs éditorialistes ont pris position.

Sur le blog de Slate.com XX factor, Allison Benedikt publie un billet intitulé Pourquoi Marissa Mayer fait une grave erreur en réduisant la durée de son congé maternité dans lequel elle explique que le retour de Marissa Mayer quelques jours après son accouchement risque de faire pression sur toutes les femmes américaines pour qu'elles agissent de même. Elle ajoute:

«Quand une femme est assez riche pour rester à la maison (...) elle doit le faire. Parce qu'elle n'est plus uniquement PDG. Elle n'est plus uniquement responsable d'une grosse entreprise et de milliers d'employés. La vie change, les priorités évoluent. Elle est un parent.»

Le magazine Fortune, dans son article «Le bref congé maternité de Marissa Mayer: progrès ou addiction au travail ?», revient sur la question de l'exemple que donne Marissa Mayer au reste des femmes américaines.

«Elle renvoie l'image de quelqu'un de parfaitement capable de combiner vie privée et responsabilité publique sans que l'un fasse dérailler l'autre. C'est un message que nous pouvons applaudir. Cela suggère aussi qu'il est illégitime pour les femmes, et de facto pour les hommes aussi, de prendre une pause à des moments importants de leurs vies et de la vie de leurs enfants. En ce sens, c'est un message passéiste», explique Kathleen Gerson, professeur à la New York University.

Fortune donne ensuite trois leçons à tirer de cette affaire: aujourd'hui «les femmes peuvent être PDG et mères», «c'est bien d'avoir différentes possibilités, Mayer en a peut-être plus que la plupart des autres personnes» (qui ne peuvent pas se payer une cuisinière et plusieurs nounous par exemple). Enfin, «Mayer ne peut pas contenter tout le monde» et quoiqu'elle fasse, elle sera critiquée.

Marissa Mayer, elle, se préoccuperait pour l'instant de trouver un prénom pour son enfant et, selon le journaliste américain Jeff Jarvis, elle ferait pour cela du crowdsourcing.

Laure Beaulieu
Laure Beaulieu (107 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte