Economie

Les Japonaises donnent moins d'argent de poche à leurs époux

Pierrick de Morel, mis à jour le 02.10.2012 à 10 h 39

Empty Pockets / danielmoyle via Flickr CC, Licence By

Empty Pockets / danielmoyle via Flickr CC, Licence By

On connaissait déjà l’indice Big Mac ou encore le comparateur de prix de la bière, deux indicateurs économiques qui permettent d’établir de manière originale une photographie du pouvoir d’achat dans différents pays du globe.

The Economist pointe sur son site Internet un autre instrument de mesure économique plutôt surprenant: l’argent de poche… pour adultes. Au Japon, où ce sont traditionnellement les épouses qui contrôlent le budget des ménages, on mesure en effet depuis trente ans l’argent que les femmes japonaises laissent à leur mari pour leurs loisirs, afin d’en savoir un peu plus sur l’économie du pays.

Intriguée par cette pratique, la chaîne anglaise BBC News a même réalisé un reportage pour tenter de comprendre pourquoi au Japon un époux verse chaque mois son salaire à sa femme, dès son jour de paye. L’article précise que 74% des budgets des ménages nippons sont ainsi contrôlés par des femmes.

Le dernier sondage en date sur l'argent de poche des Japonais montre que le montant moyen dont ils disposent pour leurs loisirs a été divisé par deux entre 2002 et 2012, pour atteindre cette année son plus bas niveau –2.860 yen, soit 29 euros– depuis la première étude, en 1979.

The Economist rappelle par ailleurs que le niveau moyen d’argent de poche mensuel avait atteint son niveau record –78.000 yen, soit 775 euros– en 1990, c'est-à-dire au moment précis où l’économie japonaise allait entamer son déclin. Premières dépenses sacrifiées par les Japonais: les parties de golf, les dîners au restaurant ou encore les retours en taxi pour cause de beuveries excessives.

Expert en marketing, Ryujin Nishikawa, qui tenait le 24 septembre dernier une conférence sur le thème de «la tragique histoire du salarié japonais durant l’ère Heisei», considère ces données comme le miroir de la société japonaise sur les dernières générations. En effet, de nombreux jeunes japonais préfèrent prolonger volontairement leur célibat pour profiter plus longtemps de leur salaire. Une tendance que déplorait Ryujin Nishikawa:

«Nous sommes de retour aux années 1980. C’est terriblement triste: de plus en plus de gens vivent seuls, mangent seuls et travaillent trop.»

Cette tendance au célibat pourrait poser des problèmes démographiques au Japon dans les années avenir et inquiète les autorités nippones. D'après une étude du gouvernement japonais, la population japonaise pourrait être divisée par trois durant les cinquante prochaines années.

Pierrick de Morel
Pierrick de Morel (70 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte