Culture

Deep Blue: Kasparov battu par un bug informatique

Temps de lecture : 2 min

GY4W4016 / AceKindred via Flickr CC, Licence By
GY4W4016 / AceKindred via Flickr CC, Licence By

Mai 1997: le grand champion d’échec Garry Kasparov s’incline face à Deep Blue, un super-ordinateur conçu par IBM. Une défaite surprenante pour le Russe, qui avait affirmé avant la partie qu’il ne perdrait jamais face à une machine. Quinze ans après les faits, Klint Finley, sur le site Wired.com, semble avoir trouvé une explication à cet épisode resté célèbre dans la mémoire des amateurs d'échec.

A la suite de sa défaite, Kasparov et d’autres grands joueurs d’échec avaient relevé un détail surprenant dans la manière de jouer de l’ordinateur: à la fin de la première partie ou au début de la seconde (tout dépend de qui relate l’histoire), Deep Blue avait sacrifié un de ses pions, un geste qui laissait entendre que l’ordinateur avait prévu une longue stratégie, et qui avait totalement déstabilisé Kasparov, comme le raconte le champion Yasser Seirawan au site Wired.com en 2001:

«C’était un geste extrêmement raffiné, un geste défensif qui empêchait en même temps toute tentative de contres, et cela a mis Garry [Kasparov] dans tous ses états.»

Après cet épisode, Kasparov et de nombreux experts avaient considéré que le mouvement était trop sophistiqué pour un ordinateur, suspectant une intervention humaine durant la partie. Quinze ans après, il semble que ce sacrifice s’explique en réalité par un bug informatique, comme le révèle le journaliste du New York Times Nate Silver dans son livre Le signal et le bruit, dont le Washington Post a repris un extrait sur son site Internet:

«Il y a eu un bug durant la partie et cela a pu induire Kasparov en erreur sur les capacités réelles de Deep Blue. Il n’a pas imaginé que ce mouvement était le résultat d’un problème informatique.»

Kasparov se serait-il imposé si Deep Blue n’avait pas été victime de ce bug? Nul ne le saura jamais. Mais cet épisode célèbre a popularisé les duels entre des êtres humains et des machines.

Depuis Deep Blue, un autre ordinateur a mis à mal des champions humains: Slate rapportait au début de l’année 2011 que Watson, également produit par IBM, s’était imposé face à deux champions américains du jeu télévisé Jeopardy, un concept très populaire aux Etats-Unis et qui consiste à soumettre une réponse à un candidat, qui doit trouver la question correspondant à cette réponse. Après ce succès, les concepteurs de Watson tentent de lui apprendre à s’adapter aux comportements humains, afin de le rendre encore plus redoutable pour ses futurs adversaires.

Pierrick de Morel

Newsletters

«R2-D2 We Wish You A Merry Christmas», le cadeau empoisonné de George Lucas et Bon Jovi

«R2-D2 We Wish You A Merry Christmas», le cadeau empoisonné de George Lucas et Bon Jovi

Avec les talents combinés d'un roi du disco, d'un futur ponte de Broadway et d'une rock star en devenir, la chanson «R2-D2 We Wish You A Merry Christmas» voulait surfer sur la popularité de «Star Wars». Tous aimeraient aujourd'hui la rayer de leur CV.

Que reste-t-il de l’imaginaire visionnaire de la contre-culture des années 1960?

Que reste-t-il de l’imaginaire visionnaire de la contre-culture des années 1960?

En Chine, le dessin animé «Peppa Pig» est devenu un symbole de résistance au joug restrictif du régime. Mais à l’heure où il existe autant de récits de la contre-culture que de projections subjectives de celle-ci, le terme est-il encore porteur de sens?

Pourquoi la France n’est pas encore fan des WC «à la japonaise»

Pourquoi la France n’est pas encore fan des WC «à la japonaise»

Les toilettes «à la japonaise» portent mal leur nom: elles sont nées en Suisse. Mais que la douchette ait fait des adeptes au Japon et qu'elle peine à s’implanter en Europe n’a rien d’étonnant.

Newsletters