France

«J’adore les mouvements humains», et autres pensées de Lou Doillon sur elle-même

Daphnée Denis, mis à jour le 30.09.2012 à 12 h 32

«Places», premier album de Lou Doillon

«Places», premier album de Lou Doillon

Un portrait au vitriol de Lou Doillon fait ricaner les lecteurs de Libé depuis quelques jours. On y découvre la «fille de» Jane Birkin et Jacques Doillon dans toutes ses contradictions d’actrice-styliste-mannequin et maintenant chanteuse. Elle y apparaît prétentieuse, guitariste et célèbre malgré elle. Forcément, un blog dédié à ses phrases cultes a immédiatement fait surface. Sur loudoillonadit.tumblr.com, les plus belles saillies de la jeune femme s’empilent pour créer une sorte d’hommage à l’absurde.

«A 5 ans, je jouais des claquettes sur la table en tutu rose fluo. Serge était mort de rire, il m’appelait Lili Marlene

«J’ai une soif d’apprendre qui confine à la névrose. A 11 ans, je voulais devenir geisha parce que ces femmes doivent savoir jouer du shamisen, accomplir le rituel du thé, faire la cuisine, déclamer de la poésie, bref être excellentes en tout.»

«J’ai un recul fou. A 30 ans, j’ai déjà été mégahype, mégabankable, puis out, rehype, antihype, la lose, rehype. Mon dieu, s’il fallait s’en tenir à ça.»

Non, le recul n’est pas la qualité première de la belle. Il est donc tentant de se moquer. Mais ce blog n’a en réalité que peu d’intérêt. Pourquoi? Parce que Lou Doillon avait déjà tout dit sur une vidéo postée par Glamour.fr il y a cinq ans. Dans cette interview, la jeune femme a l’air plus sympa qu’odieuse mais elle manque tout autant de distance critique. Morceaux chosis.

«J’adore les mouvements humains, donc c’est vrai que je suis une obsédée d’histoire (...) La Révolution française, c’est un de mes moments préférés.»

«Moi, j’aime bien les (bottes) Aigle. Wellington, en plus, pour moi, c’est tellement le combat contre Napoléon...»

«Hier soir, j’ai fait de la peinture entre deux heures et cinq heures du matin.»

«Ma meilleure copine... me dit: “Qu’est-ce que je suis?“ Et je lui réponds: “Bah, c’est ce mot crétin, mais t’es artiste“.

«Ca m’a toujours fait marrer, les trous de mites.»

Chapeau, l’artiste.

Daphnée Denis
Daphnée Denis (114 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte