Monde

L'image de Netanyahou brandissant le schéma d'une bombe nucléaire à l'ONU déjà détournée

Pauline Moullot, mis à jour le 28.09.2012 à 16 h 20

Capture d'écran du discours de Benyamin Netanyahu à l'assemblée générale de l'Onu le 27 septembre 2012

Capture d'écran du discours de Benyamin Netanyahu à l'assemblée générale de l'Onu le 27 septembre 2012

Le discours du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou sur la menace nucléaire iranienne aux Nations unies jeudi 27 septembre n’a laissé personne indifférent.

Pas à cause de son attaque particulièrement offensive sur l’Iran, mais à cause de la mise en scène utilisée pour expliquer la menace iranienne: Bibi a brandi un schéma d’une bombe nucléaire avant de sortir un feutre pour dessiner une ligne rouge.

Le Los Angeles Times indique que Netanyahou explique que d’ici l’année prochaine, l’Iran pourrait avoir enrichi tellement d’uranium qu’il pourrait fabriquer une arme «en quelques mois, peut-être en quelques semaines». Sa ligne rouge se situait juste en dessous de la «phase finale».

Le Guardian rapporte que «lors de son discours à l’assemblée générale de l’ONU, le Premier minisitre israélien a adopté le rôle d’un professeur de sciences d’école primaire parlant à une classe particulièrement faible.»

Le journal indique que les premières réactions au discours l'ont largement moqué.

Le Wall Street Journal a recensé les tweets particulièrement ironiques vis-à-vis de la prestation de Netanyahou.

@TheFreshBrew s’interroge:

«Netanyahu mec, viens-tu vraiment de dire “Ceci est un diagramme en tenant un dessin de bombe de Coyote”  [le personnage de dessin animé]

@Rezaxiii retranscrit le discours à sa façon:

«Ceci est une bombe. Ceci est une mèche et ça fera BOUM et  alors on devrait TAKA! TAKA! TAKA! et ils feront PFIOU et c’était mon discours.

Plusieurs photos ont déjà été détournées. Notamment une de Bob Dylan dans le clip de Subterranean Homesick Blues et de Peter Sellers dans Docteur Folamour  qui tiennent le dessin de Netanyahou. Une autre montre Netanyahou en train de jouer à «trouvez Charlie».

Le New Yorker quant à lui a décidé de lancer un concours de légendes pour décrire la photo grâce au hashtag #BibiBombCaption.

Le Wall Street Journal rappelle que Bibi n’a pas été le premier à illustrer son discours aux Nations unies. Adlai Stevenson par exemple avait montré des photos des missiles cubains en 1962, en 2006 Hugo Chavez avait cité Noam Chomsky en brandissant son livre et en 2003 Colin Powell avait affirmé que l’Irak possédait des armes de destruction massive en s’appuyant sur des photos.

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte