Monde

Mona Eltahawy arrêtée pour avoir protesté contre les affiches «anti-djihad» du métro new-yorkais

Temps de lecture : 2 min

Photo du site de Mona Eltahawy

Mona Eltahawy, journaliste éditorialiste égypto-américaine, a été arrêtée le mardi 25 septembre par la police new-yorkaise après avoir tenté de mettre du spray rose sur les affiches pro-israélienne et «anti-djihad» du métro new-yorkais.

La mise en place des affiches sur lesquelles on peut lire «Dans toute guerre entre le civilisé et le sauvage, soutenez le civilisé. Soutenez Israel, faites échec au djihad», a été financée par l'Initiative américaine pour la défense de la liberté (AFDI) menée par Pamela Geller, un groupe proche des mouvements islamophobes aux Etats-Unis. Ces affiches ont créé la polémique depuis leur mise en place dans le métro new-yorkais le 24 septembre.

Mona Eltahawy, une activiste connue pour ses actions coups de point –la dernière en date étant un article de Foreign Policy de mai 2012 intitulé «Why Do They Hate Us?» (publié en français sur Slate.fr sous le titre «Le monde arabe hait les femmes») a annoncé sur son compte Twitter le 24 septembre qu'elle avait l'intention, en signe de protestation, de mettre du spray rose sur une de ces affiches.

Le New York Post était présent et a filmé la scène, qu'il a publié sur son site web.

Lorsque que Mona Eltahawy arrive sur place, une femme que le Daily Mail identifie comme étant Pamela Hall, la directrice du groupe SIOA (Stop Islamization of America), tente de l'empêcher d'agir.

Postée devant l'affiche avec une caméra dans les mains, celle qui serait Pamela Hall interpelle Mona Eltahawy et lui demande:

«Mona, pensez-vous que vous avez le droit de faire ca?»

La journaliste lui répond calmement:

«Oui, j'ai le droit. Je pense que c'est de la liberté d'expression.»

Quelques secondes plus tard, l'activiste ajoute:

«Je ne viole pas la liberté d'expression. Je réalise une expression de la liberté d'expression.»

Quelques minutes plus tard, deux policiers apparaissent sur la vidéo et arrêtent Mona Eltahawy. Elle demande à comprendre pourquoi elle est arrêtée puis s'exclame:

«Je n'ai blessé personne. C'est une protestation non violente. Tu vois ça, l'Amérique? C'est ce qui arrive aux manifestants non-violents.»

Pamela Hall a affirmé au Daily Mail que «durant sa “défense de la liberté d'expression” ses vêtements et son équipement avaient été abîmés par Mona Eltahawy». Le journal précise qu'«elle et ses avocats réflechissent actuellement sur les dégâts et planifient de porter plainte la semaine prochaine».

Mona Eltahawy a elle été relâchée le mercredi 26 septembre.

Laure Beaulieu

Newsletters

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

Perdus, volés ou vendus, des équipements historiques ont échappé au fil du temps au contrôle de l’agence spatiale.

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

En Chine, l’industrie du vélo en libre-service est si florissante que des milliers de bicyclettes fanent aux quatre coins des villes.

Newsletters