Économie

Rachat des dettes publiques: comment Mario Draghi a réussi à imposer son plan

Temps de lecture : 2 min

Mario Draghi en janvier 2012. REUTERS/Alex Domanski
Mario Draghi en janvier 2012. REUTERS/Alex Domanski

Reuters, dans un article publié le 25 septembre, raconte comment le président de la BCE, Mario Draghi, a réussi en quelques semaines à faire accepter son plan de rachat des dettes publiques. Fin juillet, Mario Draghi déclare à Londres:

«La BCE est prête à tout faire pour préserver l'euro.»

Le jeudi 6 septembre, il annonce son plan.

Entre-temps, beaucoup de tractations ont eu lieu et Reuters raconte «comment Draghi a réussi».

Les protagonistes à convaincre sont nombreux : Jens Weidmann, président de la Bundesdank, hostile à la proposition de Draghi, Angela Merkel, la chancelière allemande, et les membres du directoire de la BCE. Mario Draghi veut avant tout éviter la démission de Weidmann. Le programme de rachat d'obligations du prédecesseur de Mario Draghi Jean-Claude Trichet avait conduit à la démission d'Axel Weber, ancien directeur de la Bundesbank. Et Mario Draghi veut empêcher que ce scénario se reproduise.

Mario Draghi compte parmi ses soutiens l'ancien ministre des Finances allemand, Joerg Asmussen, au directoire de la BCE depuis janvier. Entre réunions au sommet de l'Eurotower, discussions autour d'un «roast-beef et d'une mousse au caramel» et attaques par interviews interposées dans les journaux Bild ou Der Spiegel, Mario Draghi réussit finalement –on connaît la fin de l'histoire avant la fin– à s'imposer.

Newsletters

Le plastique est le nouveau charbon des émissions de gaz à effet de serre

Le plastique est le nouveau charbon des émissions de gaz à effet de serre

L'industrie américaine de plastique émettra davantage de gaz à effet de serre que celle du charbon d'ici 2030, alerte un nouveau rapport.

Bercy

Bercy

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio