Economie

Vers une pénurie mondiale de bacon à cause de la sécheresse?

Pauline Moullot, mis à jour le 26.09.2012 à 10 h 53

Cooked bacon/Cookbookman17 via FlickrCC License by

Cooked bacon/Cookbookman17 via FlickrCC License by

Panique chez les amateurs de burgers au bacon: on se dirigerait vers une pénurie mondiale du fameux ingrédient.

CNBC News explique que la sécheresse aux Etats-Unis et en Russie a provoqué une flambée du prix du maïs et du soja, et donc de l’alimentation animale. Les éleveurs porcins ont vu alors leur production de porcs diminuer.

L’association britannique nationale des éleveurs de cochons a publié un rapport qui constate une baisse de la production de porc au Royaume-Uni, et dans toute l’Europe, et qui pourrait s’étendre au reste du monde. En Europe, la production de porc a diminué de 1,4% en Allemagne et de 13% en Italie dans les douze mois qui ont précédé juin 2012.

En France, l’offre porcine a diminué d’environ 4% sur toute l’année 2012 selon Agro-medias: sur le mois d’août uniquement, cette baisse est de 5,8%. Pour la semaine du 24 septembre, le cours du marché au porc indique une hausse de 35% comparé à la même semaine en 2011.

Sur Twitter, certains internautes ont paniqué en apprenant qu’une rupture de stock mondiale était envisageable. Le Washington Post a recensé les meilleurs conseils pour survivre à une pénurie de bacon.

Une pénurie qui, selon Ruth Burdain, «comme l’ont prédit les Mayas, (...) conduira à une apocalypse vegan».

@kieltfms plaisante:

«A cause de la pénurie imminente de bacon je n’ai pas d’autre choix que de réfléchir à la transformation de mon allée en élevage de cochons… »

Un autre internaute conseille:

«Il y a une pénurie de bacon. Fermez vos portes à clé. Ça va être complètement fou dehors.»

Heather Lauer, blogueuse sur le bacon, explique à CNBC News qu’elle ne prendra aucun risque. Et de sourire:

«Qui sait jusqu’où les gens sont capables d’aller pour répondre à leurs besoins essentiels de bacon.»

CNBC News ironise et appelle au calme les internautes affolés: puisque la hausse des prix est plus importante en Europe qu’aux Etats-Unis, la pénurie de bacon ne concernerait que la production européenne et pas américaine. Et les Américains n’importent pas de bacon de l’étranger.

Steve Meyer, économiste au Conseil national du porc américain explique au Christian Science Monitor que le prix du porc ne devrait pas baisser d’ici 2014. Celui du bœuf (qui a augmenté pour les mêmes raisons), d’ici 2016.

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte