Les réactions au «bug Facebook»

Un logo de Facebook à travers une loupe à Berne le 19 mai 2012, REUTERS/Thomas Hodel

Qui a bugué? Facebook ou les internautes? Après que le réseau social a annoncé qu’il n’y avait pas eu de bug lundi 24 septembre mais que les messages qui apparaissaient sur la timeline des utilisateurs avaient toujours été publics, les sites s’interrogent sur ce qui a pu être une hallucination collective.

1 L'explication rationnelle

Dans un communiqué envoyé à Techcrunch, Facebook explique que les messages ont pu être confondus car les internautes ont tout simplement oublié que jusqu’en 2009, il était impossible de commenter et aimer ce que l’on postait sur les murs.

«Une grande part de la confusion vient du fait qu’avant 2009, il n’y avait ni j’aime ni commentaires sur les posts des murs. Les gens allaient et venaient sur leurs murs au lieu d’avoir une conversation [fans les commentaires d’un seul post].»

2 Un problème de vie privée

Que Facebook ait bugué ou non, le problème vient du fait que les internautes n’ont toujours pas compris que ce qui a été publié sur Facebook reste public selon Jean-Marc Manach sur le blog du Monde Bug Brother. Du moins, ils ne l’avaient pas encore compris en 2009, explique le Guardian.

Le quotidien britannique explique que «Facebook n’est pas en train de faire fuiter vos anciens messages – bien que vous l’ayez un jour fait.»  Alors que Facebook était encore un réseau social où l’on interagissait principalement avec ses amis, les internautes avaient tendance à considérer que tout ce qui était publié était privé.

 «Je peux uniquement imaginer que plutôt que d’avoir été induits en erreur par un design peu clair, ceux qui aujourd’hui ont confondu des messages privés avec des publics ont des souvenirs qui ne remontent pas à l’âge d’or de l’amour libre sur Facebook, où nous étions tous trop excités pour être plus intelligent.»

3 Les doutes persistent

Alors que Techcrunch l’affirme clairement: «Mais ne vous inquiétez pas, et assurez-vous que vos amis connaissent la vérité. Aucuns messages privés sur Facebook n’ont été publiés», TheNextWeb doute de la version officielle fournie par Facebook, et demande aux internautes de témoigner si certains de leurs messages privés ont été publiés. Selon le site Internet, «les lecteurs trouvent la déclaration de Facebook difficile à croire […] malgré cela nous recevons de plus en plus de messages de lecteurs qui insistent pour dire que des messages privés reçus et envoyés à des amis apparaissent sur leur Timeline».

4 La réaction du gouvernement

01Net rapporte qu’Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, et Fleur Pellerin, la ministre déléguée chargée des Petites et moyennes entreprises, de l'innovation et de l'Economie numérique ont saisi la Cnil pour que Facebook s’explique sur «une possible défaillance». Dans un communiqué, les ministres s’interrogent.

«S’agit-il d'une modification impromptue de la présentation des données qui a désarçonné les utilisateurs? Ou y a-t-il eu rupture de confidentialité à travers la publication de messages privés?»

Dans une interview à iTélé mardi 25 septembre, Fleur Pellerin n'y est pas allée de main morte en indiquant que «si jamais il y a vraiment la certitude, chez certains internautes, que des messages privés aient été rendus publics, et qu'il y a une rupture des conditions de confidentialité, je leur conseillerais de porter plainte et de suspendre leur compte le temps que les choses soient claires.»
 

5 La chute de l’action en Bourse

Bug ou pas, les marchés ont réagi à l’événement. Selon 20Minutes, l’action a baissé de 9% en terminant à 20,79 dollars lundi 24 septembre.  Le Monde rappelle que le titre de Facebook a chuté de 40% depuis son entrée en Bourse. La baisse serait due à une note publiée dans le magazine économique Barron’s qui demande un «changement radical» du modèle économique de Facebook et non à la polémique sur la vie privée.

6La femme trompée jusqu'en 2012

Dans l'émission Les Auditeurs ont la parole, sur RTL, une auditrice a affirmé mardi 25 septembre avoir eu la confirmation que son mari la trompait en ayant accès à des messages publics censés être privés.

«J'ai découvert le profil de la maitresse de mon mari, et là, j'ai trouvé la correspondance qu'ils ont eu depuis 2010-2011 et jusqu'au début de l'année 2012»

Photo: Un logo de Facebook à travers une loupe à Berne le 19 mai 2012, REUTERS/Thomas Hodel
Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
LIFE -
Publié le 25/09/2012
Mis à jour le 25/09/2012 à 15h01