Monde

Un robot-thon pour combattre le trafic de drogue

Pierrick de Morel, mis à jour le 24.09.2012 à 17 h 59

Image: Jane Baker, DHS, S and T.

Image: Jane Baker, DHS, S and T.

Le gouvernement américain va bientôt mettre au point une arme aquatique qui devrait sérieusement compliquer la tâche des trafiquants de drogue et des contrebandiers, comme le révèle le journaliste américain John Roach sur le blog FutureTech de NBCNews.com.

Afin de lutter contre l’importation de drogue par voie maritime, les chercheurs américains de la Direction scientifique et technologique du Département de la Sécurité intérieure développent actuellement un robot sous-marin qui sera capable de détecter les cargaisons illégales dans les cales de navires, mais également au fond des océans si certains trafiquants étaient tentés de jeter leur contrebande par-dessus bord.

Le Bioswimmer robofish est un robot dont le design s’inspire directement du thon, l'un des poissons les plus rapides et les plus agiles des fonds marins. Le blog siliconangle.com, qui évoque également cette machine révolutionnaire, explique qu'en plus de scanner les cales des navires, le robot devrait également être capable de se déplacer dans les lieux difficiles d’accès, comme les fonds de cales ou les réservoirs de carburant d’épaves, qui constituent souvent les caches favorites des différents trafiquants.

Le robot sera également capable d’effectuer des missions de sécurisation des ports, d’inspecter les fonds marins et même d’être éventuellement employé pour des missions d’espionnage ou à des fins militaires.

Le robot est contrôlé par un câble relié à un ordinateur portable. Preuve que le modèle est encore perfectible, il peut opérer de manière autonome mais dans ce cas-là sans câble –«envoyer des données à l’ordinateur à travers une masse d’eau importante relève pour le moment du défi», comme l’explique David Taylor, responsable de la programmation du robot. Sans lien avec la surface, le robot devrait régulièrement remonter à la surface pour transmettre les informations récoltées, ce qui limiterait fortement sa capacité d’inspection.

John Roach précise que le Department of Homeland Security’s Science and Technology Directorate est actuellement en discussion avec l’exploitant d’un port (dont l’identité n’a pas été révélé) pour tester un prototype du robot d’ici un an.

Pierrick de Morel
Pierrick de Morel (70 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte