Monde

Plus de 1.000 paires de chaussures d'Imelda Marcos détruites par une inondation

Temps de lecture : 2 min

Imelda Marcos / Billypalooza via FlickrCC License by
Imelda Marcos / Billypalooza via FlickrCC License by

Une mauvaise nouvelle pour les shoes addict: l’une des plus grandes collections de chaussures de créateurs, celle d'Imelda Marcos, a été détruite par une inondation.

Surnommée «le papillon de fer», la Première dame des Philippines de 1965 à 1986 fut accusée de détournements de milliards de dollars à la chute du régime de son mari. Sa collection de près de 3.000 paires de chaussures est restée comme un symbole d’excès dans un pays où la majorité des habitants était contrainte de marcher pieds nus. Lors de son exil en 1986, elle a dû laisser sa collection au Palais présidentiel de Malacañang.

L’Associated Press, cité par The Guardian, explique que tous les effets personnels du dictateur et sa femme sont restés durant des années dans le Palais sans que personne ne souhaite s'en préoccuper. Les termites et la moisissure ont détérioré les 150 cartons entreposés dans la résidence contenant entre autres les chemises de l’ex-président Ferdinand Marcos et au moins 1.220 paires de chaussures de son épouse.

Il y a deux ans, les autorités se sont décidées à déplacer ces affaires pour les stocker dans le musée national de Manille. Selon les responsables du musée, les cartons, abandonnés dans une salle cadenassée sans protection, ont fait les frais des pluies diluviennes du mois d'août aux Philippines, qui ont, rappelons-le, fait 68 victimes. Une fuite dans le plafond a ravagé les effets personnels du dictateur.

Selon Orlando Albinion, un conservateur du musée, «une opération d'urgence de conservation» a été lancée afin de sauver ce qui peut l’être. La collection de chaussures peut paraître futile dans un pays où en 2009, plus d'un quart des habitants vivaient avec un dollar par jour ou moins. Elle peut également être le souvenir douloureux de vingt ans de dictature. Mais pour Orlando Albinion, cette inondation supprime avant tout vingt ans d'histoire:

«C'est dommage car Imelda a pu peut-être porter certains de ces vêtements lors d'événements officiels majeurs et ils ont à ce titre une place dans notre histoire.»

India TV news a publié des photos du résultat: des talons mangés par les termites, des cartons en lambeaux, des chemises moisies…

Toujours selon l’Associated Press, cité par le New York Daily News cette fois, la ville de Marikina a emprunté 800 paires à Imelda Marcos en 2001 pour en faire un musée devenu depuis un lieu touristique. Mais là encore, des inondations massives en 2009 ont abimé des dizaines de paires. Un bilan anecdotique lorsqu'on sait qu'en septembre 2009, 73 personnes sont mortes lors de la tempête de Ketsana.

Environ 765 paires de chaussures ont «survécu» à la castrophe et entre 50 et 100 touristes philippins et étrangers viennent tous les jours observer ces paires de créateurs comme Gucci, Christian Dior ou Chanel.

Selon Jane Ballesteros, directrice du musée, Imelda Marcos a porté toutes ces chaussures, il suffit de «regarder les rayures sur la semelle».

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters