Économie

Le trader français est charmeur, l'anglais brutal, l'allemand rigoureux

Temps de lecture : 2 min

Un trader de la Bourse de Frankfort, le 17 août 2007. REUTERS/Kai Pfaffenbach.
Un trader de la Bourse de Frankfort, le 17 août 2007. REUTERS/Kai Pfaffenbach.

Quelles sont les différences entre un trader français, un trader allemand et un trader britannique? Le Banking Blog du quotidien britannique The Guardian, qui s’intéresse à la finance sous l’angle anthropologique, tente de répondre à cette question en interrogeant, sous le couvert de l’anonymat, un trader de Francfort. Sous le nom d’emprunt de George, celui-ci détaille les différences de taille et de stabilité entre les établissements britanniques et allemands (les premiers sont plus grands et le turnover y est plus important), puis les différences de comportement entre les traders:

«Le trader londonien moyen est une jeune brute arrogante, grossière et bruyante avec trois pintes dans le sang. […] Ce qui les rend fous, c’est que les Allemands suivent les règles. Il y a eu des traders véreux à Paris et Londres, mais jamais à Francfort, peut-être parce qu’ici, on ne fait pas d’exceptions. Les traders parisiens tenteront parfois d’utiliser leur charme pour vous faire assouplir les procédures, en disant "Faites-le pour moi, s’il vous plaît, comme une faveur spéciale?". Et les traders londoniens tenteront de vous brutaliser pour se dégager le passage.»

Newsletters

Les sept défis capitaux pour vaincre le coronavirus

Les sept défis capitaux pour vaincre le coronavirus

[TRIBUNE] Seul un véritable effort mondial concerté permettra d'éradiquer le Covid-19, par une coordination des mesures d'endiguement et la mutualisation des ressources médicales.

Le télétravail, et si c'était pas si mal?

Le télétravail, et si c'était pas si mal?

Selon une étude, près de neuf cadres français·es sur dix s'estiment plus efficaces en travaillant à la maison.

Le plan d'aide de Trump ne garantit pas d'arrêt maladie pour tous

Le plan d'aide de Trump ne garantit pas d'arrêt maladie pour tous

La loi proposée par les Républicains ne force pas les grandes entreprises comme McDo ou Amazon à payer des congés maladie à tout leur personnel.

Newsletters