Life

Adolescents et sextos: c'est ceux qui en envoient le plus qui en font... le plus

Ludivine Olives, mis à jour le 18.09.2012 à 18 h 37

OMG lkr lol / Summer Skyes 11 via FlickrCC Licence by

OMG lkr lol / Summer Skyes 11 via FlickrCC Licence by

Si certains pensent que les adolescents envoient des sextos comme alternative au «sexe réel» ils ont tout faux: une étude prouve qu’au contraire, c’est ceux qui en font le plus qui… en envoient le plus.

Eric Rice, l’auteur principal et professeur assistant de service social à l'Université du Sud Californie, à Los Angeles, a expliqué à Reuters Santé:

«Ce que nous voulions vraiment savoir, c'est y a-t-il un lien entre le "sexting" et prendre des risques avec son corps?»

Et le résultat publié dans Pediatrics est plutôt retentissant: les adolescents qui envoient des sextos (messages texte et surtout images les mettant en scène nus) sont sept fois plus susceptibles d’avoir des rapports sexuels.

Le comportement face aux sextos de 1.839 lycéens de Los Angeles de 14 ans à 17 ans a été étudié. Parmi les conclusions de l’étude, Cnet relève que 54% des adolescents ont déclaré qu'ils connaissaient quelqu'un qui avait déjà envoyé un sexto et 15% des adolescents ayant accès à un portable ont dit qu'ils avaient eux-mêmes envoyé ce type de message. Ceux qui ont signalé l’avoir déjà fait étaient sept fois plus susceptibles d'être sexuellement actifs.

Eric Rice a également découvert certaines différences selon les orientations sexuelles. Les adolescents non hétérosexuels sont presque trois fois plus susceptibles d'avoir envoyé un sexto et 1,5 fois plus susceptibles d'être sexuellement actifs. Ils sont également deux fois plus susceptibles de ne pas avoir utilisé de préservatif lors de leur relation sexuelle la plus récente.  

L’auteur principal de l’étude a expliqué au Los Angeles Time qu’envoyer des sextos était encore  «une activité minoritaire» parmi les adolescents. Mais l’émulation de groupe joue un rôle déterminent dans ce type de comportement:

«Il y a un sentiment naissant de la normalité dans le comportement du "sexting". Si vous avez des amis qui envoient des sextos, vous êtes 17  fois plus susceptible d’en envoyer.»

Le chercheur juge important que les parents et les professeurs aient conscience que ce type de comportement se répand, et qu’il comporte des risques:

«Envoyer des sextos peut être particulièrement préjudiciable pour les adolescents à cause de la probabilité que le matériel sexuellement explicite soit vite partagé à travers les groupes sociaux de ces jeunes.»

Ludivine Olives
Ludivine Olives (120 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte