Culture

Les pièces de l'affaire qui a inspiré «De Sang-Froid» relèvent-elles de la justice ou de la littérature?

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 17.09.2012 à 23 h 19

Truman Capote en 1959, via Wikipedia, License CC by.

Truman Capote en 1959, via Wikipedia, License CC by.

Le livre de Truman Capote, De Sang Froid, est depuis sa publication à la lisière entre justice et fiction, enseigné dans les cours de journalisme comme dans ceux de littérature. Des documents viennent d'être retrouvés, rapporte le Wall Street Journal, qui éclairent encore d'une lumière nouvelle l'affaire qui avait inspiré Capote, celle du meurtre, en novembre 1959, de la famille Clutter, en plein Kansas, par deux jeunes voyous. Une bataille s'est ouverte, pour décider si ces documents doivent être mis aux enchères comme tous documents éclairant une oeuvre littéraire? Ou s'ils appartiennent à la justice.

Ron Nye, fils d'Edward Nye, l'un des principaux enquêteurs sur l'affaire Clutter, a retrouvé des documents que son père avait rapportés dans les années 1960 et dont certains n'ont jamais été rendus publics: des photographies de la scène du crime, des lettres, des cahiers de notes... Et surtout une copie du dossier de l'affaire du Bureau d'enquête du Kansas.

Le Wall Street Journal explique:

«La famille Clutter et le procureur général du Kansas arguent de ce que les documents appartiennent à l'Etat du Kansas parce que Monsieur Nye étaient un fonctionnaire de l'Etat quand ces documents ont été créés. Vintage [qui s'occupe de la mise en vente des documents pour le compte du fils Nye] est en désaccord, estimant qu'ils représentent une propriété personnelle. Des experts juridiques déclarent que peu de précédents existent, quant à des disputes sur l'appartenance de documents de police au sujet de dossiers classés depuis longtemps –notamment parce que ces documents sont d'habitude dépourvus de la moindre valeur.»

Deux filles de la famille Clutter ont réchappé au meurtre, absentes de la ferme puisqu'elles n'habitaient déjà plus chez leurs parents. Agées de près de 70 ans désormais, elles refusent que les nouveaux documents soient rendus publics.

Certains des documents, dont la confession de l'un des tueurs, ont d'ores et déjà été retirés de la vente qui doit se tenir à la fin du mois. Les discussions entre Vintage et la justice du Kansas se poursuit.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte