Culture

Richard Millet démissionne du comité de lecture de Gallimard

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 13.09.2012 à 19 h 51

Richard Millet via Wikipedia, License CC

Richard Millet via Wikipedia, License CC

Richard Millet, écrivain et éditeur, a présenté ce jeudi sa lettre de démission du comité de lecture de Gallimard, rapporte le Nouvel Observateur. Depuis son Eloge littéraire d'Anders Breivik publié en cette rentrée, l'éditeur des Bienveillantes et de L'Art Français de la Guerre était accusé d'avoir écrit ce que J.M.G. Le Clézio, prix Nobel de littérature, qualifiait de «texte répugnant» et Annie Ernaux de «pamphlet fasciste [qui] déshonore la littérature».

L'Express rendait compte le 24 août du texte en question:

«Le multiculturalisme, c'est aussi la cible privilégiée de Richard Millet, essayiste polémiste, défenseur de l'identité chrétienne et éditeur chez Gallimard, qui publie aux éditions Pierre Guillaume de Roux un indécent Eloge littéraire d'Anders Breivik. "Les nations européennes se délitent socialement en même temps que leur essence chrétienne se perd au profit du relativisme général", écrit-il. Dans cet essai, il dénonce tour à tour la "perte de l'identité nationale" des Etats occidentaux, "l'islamisation de l'Europe" et la fragilisation de ses "racines chrétiennes".»

A l'intérieur de chez Gallimard, les oppositions à Richard Millet se faisaient de plus en plus sonores. Tahar Ben Jelloun avait ainsi expliqué, selon L'Express:

«La société telle qu'elle est ne lui plaît pas. [...] J'étais un peu habitué à son délire raciste, mais là il va beaucoup plus loin. La littérature ne doit pas se placer du côté des criminels et des salauds.» 

Il ajoutait:

«Ça me gène beaucoup qu'il soit là, il faut qu'il s'en aille. Ce n'est pas possible qu'on coexiste dans une maison qui a des valeurs, des principes. On ne peut pas distinguer la technique et la morale.»

Si la démission du comité de lecture de Gallimard où Richard Millet officiait est une «décision symbolique forte» selon le Nouvel Obs, cela «ne signifie pas qu'il abandonne son travail d'éditeur, puisqu'il est convenu qu'il continuera de suivre ses auteurs tout en "prenant du champ"». Néanmoins, cela «l'exclut désormais du cercle restreint dont les membres décident de ce qui peut ou non être publié par la maison».

>> A lire sur Slate: L'Abominable Monsieur Millet, par Laurent Sagalovitsch.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte