Monde

Le terrorisme blanc: la plus grosse menace pour les Etats-Unis

Laure Beaulieu, mis à jour le 12.09.2012 à 16 h 17

James Holmes, photo fournie par l'université du Colorado / REUTERS

James Holmes, photo fournie par l'université du Colorado / REUTERS

La menace que représentent les blancs suprématistes aux Etats-Unis est réelle. «Le mouvement des blancs suprématistes n’épouse pas seulement des buts racistes et xénophobes, il a aussi effectué les plus violentes attaques contre des Américains innocents ces dernières années», note Khaled A. Beydoun, chroniqueur sur Al Jazeera.

Le chroniqueur donne des exemples récents d’attaques de ce type: la fusillade d’Oak Creek, où 6 Américains de confession sikh ont été tués dans un temple, la tuerie d’Aurora, où James Holmes a tué 12 personnes et en a blessé 58 autres dans un cinéma du Colorado, et l’attaque d’un temple sikh du Wisconsin, où 8 personnes sont morts. 

Aux Etats-Unis, on évoque très peu cette menace. Par exemple, note Khaled A. Beydoun, lors des conventions démocrate et républicaine, « les deux partis se sont inquiétés des “futures attaques” et des “menaces pour la sécurité nationale” mais aucune mention n’a été faite des blancs suprématistes», relate Khaled A Beydoun.

Selon lui, depuis le 11-Septembre, la politique américaine antiterroriste s’est focalisée contre les musulmans intégristes et a oublié de lutter contre les autres menaces. «Durant la guerre contre la terreur, les blancs suprématistes ont été moins surveillés par la police fédérale et locale (…) et ont pu agir avec une relative liberté et impunité.»

Interrogé par Wired, Daryl Johnson, ancien de département de la sécurité intérieure des Etats-Unis, qui a écrit un rapport très controversé en 2009 sur l’extrémisme de la droite aux Etats-Unis, se montre critique par rapport à la politique de son pays vis-à-vis de cette menace:

«Il n’y a eu aucune audience sur la montée de la menace suprématiste blanche, alors qu’il y a une longue liste d’attaques ces dernières années. Ils continuent à tenir des audiences sur l’extrémisme musulman. C’est complètement déséquilibré.»

Les attaques, perpétrées par des blancs américains, ne sont pas présentées de la même façon, selon le chroniqueur d’Al Jazeera. Le terme «terrorisme» ne leur est pas appliqué. Par ailleurs, le terme utilisé pour décrire le tueur est différent:

«Les suprématistes blancs sont souvent désignés comme des psychopathes solitaires alors que les autres comme faisant partie d’un réseau idéologique organisé.»

Si les attaques perpétrées par des blancs suprématistes ne sont pas présentées de la même façon, elles sont aussi moins relayées dans les médias. Pour The Atlantic, «ce manque d’envie pour saisir l’événement n’est pas dû aux victimes mais à l’homme qui a tué. Le facteur principal ce n’est pas qu’ils soient sikhs; mais que le terroriste américain supposé soit un homme blanc».

Le Washington Post, dans une tribune, poursuit dans le même sens: «C’est difficile pour la police, comme pour l’ensemble des Américains, de reconnaître que cette menace hors du commun provient de ceux qui leur ressemblent en termes de race.»

Laure Beaulieu
Laure Beaulieu (107 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte