France

Comment dit-on «Casse-toi riche con» en anglais, en italien ou en allemand?

Temps de lecture : 2 min

La une de Libération
La une de Libération

Alors que Bernard Arnault vient d'annoncer qu'il porterait plainte contre Libération pour sa une montrant l'homme d'affaires accompagné du texte «Casse-toi riche con», les médias étrangers rapportent l'affaire et, comme à l'époque du «Va te faire enculer, sale fils de pute», de Nicolas Anelka, peinent à la traduction.

Comme le note sur Twitter Alexandre Hervaud, le New Statesman opte pour «Get lost, you rich bastard» (littéralement «fous le camp, riche bâtard»), là où The Blaze lui préfère «F**k off, you wealthy bastard» («barre-toi, bâtard aisé»). On notera également une version douce chez l'International Business Times avec «Get lost, rich idiot», retrouvée également dans la version anglophone de France 24. La version anglaise de RFI est encore plus gentille, choisissant «Get out of here, rich idiot» («va-t-en d'ici, riche idiot»).

Plus proche, à notre sens, de la violence de la version originale française, World Crunch traduit «Get lost, you rich A-hole» («fous le camp, riche trouduc»). Le principal problème est dans le «con»: à la base, le terme désignait le sexe d'une femme, avant de se transformer en insulte. Les anglosaxons ont son équivalent parfait avec «cunt», sauf que ce mot est inenvisageable dans les journaux. «Cunt» est tabou au point d'avoir le droit à son propre euphémisme, le «C word», à l'image du mot «nigger» et le «N word».

Sur Twitter, la journaliste de CNN Hala Gorani demandait du coup:

«Ok les bilingues, traduisez-moi l'insulte "con" s'il vous plait. Essayez de ne pas faire trop grossier!»

Ses followers lui ont proposé «asshole», qui littéralement veut donc dire «trou du cul» mais se prête bien à la traduction de «connard», ainsi que la version édulcorée «jerk» (quelque part entre le «salaud» et le «crétin», pas mal donc) voire «stupid jerk».

A l'époque du «casse-toi pov' con», dont la une de Libération s'est inspiré, les anglosaxons avaient donné du «Get lost, you sad bastard» (le Telegraph), du «Get lost, you poor idiot» (le New York Times), mais aussi «Get lost, dumb ass» (Reuters et Metro).

Le quotidien allemand la Süddeutsche et die Welt ont tranché pour «Hau doch ab, reicher Idiot», sois «fous le camp, riche idiot», tandis que l'agence de presse italienne Ansa a choisi «Vattene, ricco coglione» (littéralement «va-t-en, riche couillon», mais «coglione» est dans la pratique utilisé pour l'équivalent de «con»), et la Repubblica «Togliti dai piedi, ricco coglione» («Dégage, riche con»).

C.D.

Merci à Julien Dommel <3 et Margherita Nasi pour leurs connaissances germanophones et italiophones.

Cécile Dehesdin Rédactrice en chef adjointe

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters