Life

«L'effet rouge à lèvres», une étude qui stigmatise les femmes?

Ludivine Olives, mis à jour le 06.09.2012 à 12 h 25

AWOL Lipstick / pawpaw67 via FlickrCC License by

AWOL Lipstick / pawpaw67 via FlickrCC License by

Les parfumeries sont prises d’assaut? Les blogs beauté envahissent le web? Votre salle de bain croule sous les mascaras? C’est normal. C’est la crise.

Les chercheurs appellent ça «l’effet rouge à lèvres». Les femmes auraient tendance à davantage s’acheter de produits de beauté en temps de crise. La raison la plus souvent évoquée est «le besoin de décompresser», s’accorder un moment de détente. Mais selon le Nouvel Observateur, une étude récente soulève que cela pourrait être dû au désir des femmes d’attirer les hommes riches capable de les soutenir financièrement.

Cette étude intitulée «Renforcement de la beauté dans un déclin économique: l’accouplement, les dépenses et l’effet rouge à lèvres» est publié dans le Journal of Personality and Social Psychology.

Des chercheurs ont notamment fait lire des articles de presse parlant de la crise à 72 étudiants et 82 étudiantes. Ils leur ont ensuite proposé d’acheter parmi 6 objets des produits esthétiques (vêtements moulants et cosmétiques) ou non esthétiques (souris d’ordinateur ou agrafeuse). Résultat? Selon les chercheurs, les femmes étaient davantage intéressées par les produits esthétiques contrairement aux hommes qui étaient carrément pas emballés à l'idée d'acheter quoi que ce soit. Conclusion: selon les chercheurs, les femmes auraient tendance à vouloir se faire belles en période de crise pour attirer les hommes riches.

Mais Julie Nelson, présidente du département d’économie de l’université du Massachusetts remet en question la conclusion de cette étude pour ABC News:

«[Cette étude] prétend trouver que dépenser plus en produits de beauté en période de récession est un aspect de la “psychologie des femmes”, et suggère fortement qu'il s'agit d'une réponse évoluée à la concurrence pour trouver des compagnons dans les moments difficiles […] La première partie de cela est une généralisation excessive, tandis que la seconde est de nature spéculative.»

La chercheuse souligne que l’étude elle-même explique que «l’effet rouge à lèvres» apparaît chez les jeunes femmes qui ont déclaré être «très motivées à l’idée d’attirer un homme romantique». Or «l’effet rouge à lèvres» n’apparaît pas chez les jeunes femmes avec une faible motivation.

Elle ajoute que cette étude ne prend en compte que les jeunes femmes, étudiantes. Les résultats seraient certainement très différents si on prenait le temps de faire des études avec des femmes d’âges différents, mariées ou non, de préférences sexuelles différentes…

Pour Julie Nelson, cette étude est la porte ouverte à tous les clichés sur les femmes:

«Dans la présentation des résultats en termes trop généraux, l'étude renforce les stéréotypes sur la vie des femmes, et de ses valeurs sociales, centrées sur les questions de leur attrait pour les hommes.»

D’après Julie Nelson, il est «plausible» que l'achat de produits de beauté soit le résultat de l'évolution de la concurrence pour trouver un partenaire, mais «cela est loin d’être démontré scientifiquement.»

Elle souligne également que les résultats de l’étude pourraient être interprétés différemment: si les femmes souhaitent être attirantes, ce n’est pas forcément pour séduire un homme riche, mais peut-être également pour stimuler la confiance et l’estime de soi face à l’anxiété financière.

Selon la chercheuse, cette motivation pourrait même «être plus forte» que le désir d’attirer un partenaire.

Ludivine Olives
Ludivine Olives (120 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte