Monde

La vente des îles Senkaku menace les relations sino-japonaises

Laure Beaulieu, mis à jour le 06.09.2012 à 12 h 11

Senkaku Islands Bhebhe via Wikipedia GNU License by

Senkaku Islands Bhebhe via Wikipedia GNU License by

«Selon des sources gouvernementales, le Japon a trouvé un accord avec la famille propriétaire des îles Senkaku afin de mener à bien son projet de faire passer les îles sous le contrôle de l’Etat», a annoncé l’agence de presse japonaise Kyodo News, le 5 septembre.

Cette nouvelle a été confirmée par le journal japonais Asahi Shimbun, qui affirme que le gouvernement paiera «2,05 milliards de yens [20,7 millions d’euros]» pour acheter trois des cinq îles qui composent l’archipel Senkaku. Le journal ajoute que des sources ont noté que «Hiroyuki Nagahama, le secrétaire général adjoint du gouvernement, a rencontré en secret le 3 septembre un représentant des propriétaires des îles. Les deux parties se sont accordées sur la vente au guvernement japonais des îles de Uotsurishima, Kita-Kojima et Minami-Kojima».

Les îles Senkaku, situées au sud du Japon en mer de Chine orientale, sont revendiquées par le Japon et par la Chine. Les tensions se sont multipliées entre les deux pays depuis quelques semaines. A la mi-août, un groupe d’activistes de Hong-Kong a débarqué sur une des îles, après qu’un groupe de Japonais avait fait la même chose quelques jours plus tôt pour manifester physiquement leur souveraineté sur ce territoire.

L’achat par le Japon de trois îles risque d’aggraver encore un peu plus les relations sino-japonaises. En Chine, les réactions ont été vives et immédiates. Un porte-parole du ministre des Affaires étrangères chinois, Hong Lei, a déclaré: «Le gouvernement chinois surveille ces développements de près et prendra les mesures nécessaires pour défendre sa souveraineté territoriale», relate la BBC.

De son côté, le China Daily titre «Le Japon doit arrêter cette farce». «L’action du Japon a enfreint la souveraineté nationale territoriale de la Chine et ses intérêts maritimes, et a empoisonné les relations bilatérales, qui auraient pu atteindre une autre niveau cette année avec les 40 ans de la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays», affirme le journaliste chinois.

Le journal japonais Asahi Shimbun s’inquiète lui aussi dans un éditorial des conséquences de cet achat du gouvernement:

«Les deux pays ne doivent pas permettre que l’embrasement d’une dispute territoriale gâche la célébration du 40e anniversaire. Nous demandons aux dirigeants des deux nations d’avoir une discussion constructive qui permette de reconstruire des relations solides.»

Le Japon n’a pas l’intention de céder. «Le gouvernement devrait confirmer rapidement la politique de nationalisation des îles. (…) Un conseil des ministres, qui se tiendra dès la mi-septembre, approuvera l’utilisation des réserves budgétaires de l’année fiscale en cours pour cet achat », selon les informations du Asahi  Shimbun.

Laure Beaulieu
Laure Beaulieu (107 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte