Économie

Gina Rinehart, femme la plus riche du monde, veut payer les gens 2 dollars par jour

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de YouTube
Capture d'écran de YouTube

L’Australienne Gina Rinehart, qui a hérité de l'empire minier Hancock Prospecting, est la femme la plus riche du monde. Et elle ne se gêne pas pour donner ses solutions aux problèmes économiques de son pays. La semaine dernière, elle estimait que ceux qui jalousent les fortunés devraient commencer par boire moins d’alcool et travailler plus.

Mercredi 5 septembre, c’est au salaire trop élevé des mineurs australiens qu’elle s’est attaqué, affirmant que ceux-ci devenaient trop cher pour les entreprises minières et qu’elle pourrait employer des mineurs pour moins de deux dollars (environ 1,6 euro) par jour en Afrique. Avec son sens de la formule habituel, elle a déclaré lors d’une intervention au Sydney Mining Club:

«Les faits sont là: l’Australie devient trop chère et pas assez compétitive pour les activités destinées à l’exportation. […] Les Africains veulent travailler, et leurs travailleurs sont prêts à travailler pour moins de deux dollars par jour. De telles statistiques m’inquiètent pour le futur de ce pays. Nous devenons un pays cher et risqué pour les investisseurs.»

La Première ministre australienne travailliste Julia Gillard n’a pas tardé à condamner les propos de la milliardaire, rapporte Reuters:

«Ce n’est pas dans les habitudes australiennes de lancer deux dollars aux gens, de leur lancer une pièce d’or, et ensuite de leur demander un jour de travail. Nous soutenons des salaires et des conditions de travail décents.»

La baisse de la demande chinoise, le plus gros client de l’Australie, et du prix du fer, premier produit d’exportation du pays, ont fait naître des inquiétudes quant au boom du secteur minier australien, souligne l’agence de presse. Rinehart, dont la fortune est estimée à entre 18 et 29 milliards de dollars, s’est récemment opposée à une taxe minière et à un impôt sur les émissions de carbone.

A propos des pauvres de son pays, elle écrivait le 30 août dernier dans un éditorial pour un magazine spécialisé sur l’industrie minière:

«Il n’y a pas de monopole sur devenir un milliardaire. Si vous êtes jaloux de ceux qui ont plus d’argent, ne restez pas assis là à vous plaindre. Faites quelque chose pour gagner plus d’argent; passez moins de temps à boire ou à fumer et fréquenter des amis, et plus de temps à travailler.»

Très controversée, l’héritière s’attaque aussi aux médias australiens comme nous le rapportions en juillet dernier. La «princesse de Pilbara» détient 10% des actions de Channel 10, la troisième chaîne de télévision du pays, et est devenue l’actionnaire principale du deuxième groupe de journaux le plus important, Fairfax Media. Certains y voient une tentative de se servir des médias pour défendre ses propres intérêts de droite.

Newsletters

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Les mesures annoncées le 3 septembre sont plus inspirées par des considérations politiques que par une logique économique rigoureuse.

Newsletters