Monde

Pourquoi Bachar el-Assad est-il toujours au pouvoir?

Temps de lecture : 2 min

Un cerf volant à l'effigie de Bachar el-Assad. REUTERS/Ali Jarekj
Un cerf volant à l'effigie de Bachar el-Assad. REUTERS/Ali Jarekj

Près de 18 mois après le début de la guerre, la chute du régime de Bachar el-Assad semble impossible au journaliste du Time Tony Karon, qui donne 5 cinq raisons pour expliquer le maintien du pouvoir en Syrie.

Premier argument: malgré les défections de nombreux sunnites, Bachar el-Assad a réussi à conserver des soutiens parmi les communautés alaouite, chrétienne et druse. Il n’est donc pas seul contre tous.

Deuxième raison: l’exportation de la crise syrienne dans la région –en Irak, en Turquie, en Libye et en Jordanie– rend une intervention internationale plus compliquée, et empêche de trouver une solution au conflit. L’intervention internationale, bloquée par les trois vetos russe et chinois au conseil de sécurité de l’ONU, fait en effet débat. Bernard-Henri Lévy, dans une tribune du Monde du 14 août, «Des avions pour Alep!», demandait une mobilisation pour les Syriens. Sur Slate.fr, Daniel Vernet lui a répondu le 22 août, examinant les arguments de BHL, tous assez peu convaincants.

Autre avantage pour le régime syrien, selon Tony Karon: la division de l’opposition syrienne, qui rend impossible la mise en place d’un gouvernement provisoire. La rébellion ne cesse de se militariser, sans réussir à développer de direction politique, au risque de perdre une partie de ses soutiens au sein de la population.

Quatrième argument du journaliste du Time: les rivalités régionales et internationales sur le conflit syrien interdisent aux pays qui soutiennent les rebelles de défendre une solution commune.

Dernière raison du maintien au pouvoir de Bachar el-Assad: «L’après» régime est extrêmement flou, le risque de chaos et de guerre civile menace. Dans une tribune du 24 juillet publiée sur Slate.fr, Fred Kaplan estimait de la même façon que «les affrontements religieux et ethniques continueront», après la fin du conflit.

Laure Beaulieu

Newsletters

Privé de «Davos du désert»

Privé de «Davos du désert»

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

La Hongrie gère la crise du logement en envoyant ses SDF en prison

Vivre dans la rue est désormais un délit passible de prison ferme dans l’ensemble du pays.

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Et son instinct lui dit que la menace du réchauffement climatique est exagérée.

Newsletters