Économie

Les «obligations Bob Dylan» de Goldman Sachs sont mal parties

Temps de lecture : 2 min

Bob Dylan lors d'un concert au Vietnam en 2011. REUTERS/STR New.
Bob Dylan lors d'un concert au Vietnam en 2011. REUTERS/STR New.

Les marchés financiers verront-ils bientôt s'échanger des «obligations Bob Dylan»? Le Financial Times (accès payant) rapportait, vendredi 31 août, les difficultés de lancement rencontrées par un produit financier adossé, entre autres, aux royalties des chansons du musicien américain.

Sesac, une société de Nashville (Tennessee) qui gère les droits liés à l’interprétation des chansons de Dylan (ainsi, nous apprend son site officiel, que de celles de Neil Diamond, Rush, Alan Parsons…) veut émettre, avec l’aide de la banque américaine Goldman Sachs, pour 300 millions de dollars (un peu moins de 240 millions d'euros) d’obligations adossées aux revenus issus de ces droits d’interprétation.

Comme l’explique le quotidien britannique, qui se fonde sur des sources proches du dossier, ces obligations devaient initialement être lancées au début du mois d’août, mais ont été retardées jusqu’à septembre en raison de la méfiance des acquéreurs potentiels —le produit étant réservé à des investisseurs «qualifiés».

Si, comme le note le Guardian, ce projet s’inscrit dans une vague de produits financiers «ésotériques» susceptibles de pouvoir séduire les investisseurs alors que les produits traditionnels rapportent des taux d’intérêt faibles, celui-ci s’annonçait particulièrement mal noté: l’agence Standard & Poor’s lui avait attribué une note de BBB-, un cran au-dessus du statut de junk bond (obligation pourrie). Goldman Sachs a donc décidé de le peaufiner en proposant aux investisseurs deux types de rendement selon le risque qu’ils sont décidés à prendre.

Ce type de produit financier n’est pas nouveau: en 1997, David Bowie avait ainsi levé 55 millions de dollars en titrisant les royalties à venir des 25 albums publiés à ce moment-là de sa carrière.

Si le projet de Goldman Sachs et Sesac échoue, les deux parties pourront en tout cas s’inspirer, pour l’intitulé de leur communiqué, des titres de chansons de Dylan que leur suggèrent le Financial Times: Most Likely You Go Your Way and I’ll Go Mine? When The Deal Goes Down? Tombstone Blues? En tout cas, comme l’explique The Guardian, actuellement ils chantent plutôt Honey, Just Allow Me One More Chance.

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Les restaurants interdits aux enfants, un juteux business qui fait polémique

Conscients des désagréments causés par la présence d’enfants au sein de leur établissement, de plus en plus de restaurateurs envisageraient d’interdire l’entrée aux marmots.

La Chine parie sur la fonte des glaces arctiques pour ouvrir de nouvelles routes commerciales

La Chine parie sur la fonte des glaces arctiques pour ouvrir de nouvelles routes commerciales

Loin des conséquences écologiques est en train de se jouer une redistribution générale des cartes dans laquelle Pékin entend bien jouer un rôle de premier plan.

Rapport OXFAM: si les entreprises du CAC 40 versent autant de dividendes à leurs actionnaires, c'est normal

Rapport OXFAM: si les entreprises du CAC 40 versent autant de dividendes à leurs actionnaires, c'est normal

La lutte contre les inégalités est de celles qui doivent être menées sans relâche et avec détermination. Mais il est très facile sur ce sujet de tomber dans la dénonciation des riches.

Newsletters