Culture

Comment Stanley Kubrick utilisait le point de fuite dans ses plans

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 30.08.2012 à 11 h 41

un plan de «Shining»

un plan de «Shining»

On savait évidemment déjà que les cadres des films de Kubrick étaient extrêmement soignés —il suffit de songer, par exemple, aux compositions picturales de Barry Lyndon, aux lignes angoissantes des couloirs de l’Overlook Hotel et du labyrinthe de Shining…—, en voici une nouvelle preuve en images.

Le vidéo-essayiste kogonada (qui, comme le rappelle Slate.com, n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a déjà publié des montages très réussis de plans de Tarantino, Wes Anderson, Breaking Bad…) a en effet mis en ligne sur Vimeo un montage de plans de Kubrick dont la composition converge vers un point de fuite situé dans le fond, soulignant ainsi les nombreuses rimes visuelles qui existent entre ses films. Le tout sur fond de la (quelque peu rebattue) Lux Aeterna de Requiem for a Dream.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte