Monde

Un enfant sourd de trois ans est interdit de signer son nom jugé trop violent

Temps de lecture : 2 min

Evidence B: the ransom photo / redjar via Flickr CC License by.
Evidence B: the ransom photo / redjar via Flickr CC License by.

Aux Etats-Unis, une école maternelle est peut-être allée trop loin dans la lutte contre la violence à l'école. Au Nebraska, un petit garçon sourd de 3 ans a eu l’interdiction de signer son prénom à l’école. La raison? Sa gestuelle ressemble trop à celle d’un coup de pistolet, explique Gawker.

Le petit garçon s'apelle Hunter Spanjer. Non seulement le H et le U du début de son prénom lui demandent de pointer du doigt son interlocuteur, puis de relever son index vers le ciel. Mais «Hunter» signifie en anglais «chasseur», ce qui explique également la manière dont l'enfant signe son prénom.

L’école souhaite que le petit Hunter Spanjer change la façon dont son prénom est signé, car dans cette école, on fait la chasse aux armes et à tout ce qui ressemble à une arme. La grand-mère du petit garçon est, elle, indignée. Elle a déclaré à Channel 10/11:

«Toutes les personnes à qui j'en ai parlé pensent que c'est absolument ridicule. Ce n’est menaçant en aucune façon».

Le père de Hunter trouve aberrant de demander à son fils de changer la manière dont il signe son prénom:

«C'est un symbole. C'est un signe réel, un signe enregistré, par le SEE»

Selon Channel 10/11, les parents de Hunter Spanjer ont contacté les avocats de l'Association Nationale des Malentendants afin de permettre à leur fils de signer son propre nom. Jack Sheard, le porte-parole de l’école publique de Grand Island a simplement déclaré travailler avec les parents «pour arriver à la meilleure solution possible pour l'enfant».

Ludivine Olives

Newsletters

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il...

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Newsletters