Life

La masse des organismes vivants sur Terre inférieure d'un tiers aux prévisions

Pauline Moullot, mis à jour le 29.08.2012 à 11 h 10

Earth/Nasa GoddardPhoto and Video Via Flickr CC License by.

Earth/Nasa GoddardPhoto and Video Via Flickr CC License by.

La biomasse totale —la masse des organismes vivants— de la Terre serait inférieure à ce que l'on croit. Selon une étude allemande rapportée par NBC News, la biomasse sous-marine stockerait quatre milliards de tonnes de carbone au lieu des 300 milliards estimés jusque-là. La masse des organismes vivants sur Terre serait ainsi inférieure d’un tiers aux estimations précédentes.

Planet Save explique que les scientifiques se doutaient déjà depuis une dizaine d’années que la biomasse était surestimée mais ont mis six ans pour récolter suffisamment de données pour le prouver.  Il existe donc moins d'organismes vivants sur terre que ce que les scientifiques pensaient jusque là.

NBC News rapporte que selon les estimations précédentes de la biomasse sur terre, les organismes vivants stockaient environ mille milliards de tonnes de carbones, dont 30% étaient contenues dans des micro-organismes unicellulaires sur le fond de l’océan, et environ 55% dans des plantes terrestres.

Le docteur Jens Kallmeyer, géomicrobiologiste au Centre de recherche allemand pour les géosciences et à l’université de Potsdam, explique que «près de la moitié des océans du monde sont extrêmement pauvres en nutriments».

Ses équipes ont récolté des sédiments au fond d’océans loin des côtes et des îles. Surnommées «déserts de la mer», ces zones contiennent un million de fois moins de cellules que les sédiments qui se situent près des côtes. Les estimations précédentes se fondaient sur des sédiments récoltés près des côtes.

«Cette immense variabilité de l’abondance de micro-organismes entre les différents sites m’a vraiment frappé. On se doutait depuis plusieurs années déjà que la variabilité était plus importante que ce que l’on pensait, mais pas à ce point. [...] Jusqu’ici l’on ne possédait malheureusement aucunes données pour le prouver», explique Jens Kallmeyer.

Science Daily explique qu’il existe plus de données sur l’abondance de biomasse dans les fonds marins plutôt que terrestre.

«Nos nouveaux résultats montrent la nécessité de réexaminer d’autres chiffres, comme par exemple la somme de carbone contenue dans les sédiments terrestres profonds», indique Jens Kallmeyer.  

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte