Monde

Pussy Riot: Deux membres ont fui la Russie

Temps de lecture : 2 min

Pussy Riot/LorenaCupcake Via FlickrCC Licence By
Pussy Riot/LorenaCupcake Via FlickrCC Licence By

La chasse aux Pussy Riot continue. Après la condamnation de trois membres du groupe punk militant à deux ans de camp pour leur chant anti-Poutine dans une cathédrale, la police russe a annoncé qu’elle comptait bien poursuivre les autres membres du groupe.

Selon The Atlantic, deux membres auraient réussi à s’échapper. Le groupe a indiqué sur son compte Twitter:

«Au vu des poursuites, deux de nos membres ont réussi à fuir le pays! Elles sont en train de recruter des féministes à l'étranger en vue de nouvelles actions!»

Pyotr Verzilov, mari de Nadezhda Tolokonnikova, l'une des Pussy Riot jugée et condamnée, a expliqué à Reuters que les deux membres ayant fui étaient en sécurité:

«Depuis que la police de Moscou a déclaré être à leurs recherches, elles [ont décidé] de faire profil bas pour l’instant. Elles sont dans un endroit sûr, hors de portée de la police russe.»

Reuters lui a demandé si cela voulait dire qu'elles étaient parties dans un pays sans accord d'extradition avec la Russie, et Pyotr Verzilov a répondu: «Oui, c'est ce que ça suggère».

Il a ajouté qu’il ne faut pas oublier les autres membres du groupe présents lors de la performance du groupe, notamment les personnes qui l’ont filmée:

«Mais vous ne devez pas oublier que 12 ou 14 membres se trouvent encore en Russie et qu'elles continuent à participer activement à la vie du groupe.»

A la suite d’une performance punk anti-Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur, Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, et Maria Alekhina, 24 ans ont déjà été condamnées le vendredi 17 août à deux ans de camps pour incitation à la haine religieuse, provoquant l’indignation internationale. Daniel Vernet notait dans Slate que ce procès était un symbole de la reprise en main poutinienne du pays. Elles devraient faire appel cette semaine.

Newsletters

En Argentine, même le président de la République parle en langage inclusif

En Argentine, même le président de la République parle en langage inclusif

Dans le pays, le langage dégenré a dépassé les cercles militants en conquérant les universités et institutions publiques au point que même le chef d'État décline ses discours en employant ce mode.

Mises en scène, dérive autoritaire... À quoi joue Trump?

Mises en scène, dérive autoritaire... À quoi joue Trump?

Spectateur des divisions de son pays, le président américain ne manquera pas de tirer la couverture à lui.

La confusion très française autour de l'universalisme

La confusion très française autour de l'universalisme

Tel qu'il est radoté sur les talk-shows, c'est une dangereuse imposture. L'universalisme, le vrai, commence où finit cette fiction. 

Newsletters