France

Un week-end de rentrée politique, à gauche et à droite

Temps de lecture : 2 min

Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault, le 26 août 2012 à La Rochelle. REUTERS/Régis Duvignau.
Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault, le 26 août 2012 à La Rochelle. REUTERS/Régis Duvignau.

A gauche comme à droite, c’était un week-end de rentrée politique sur fond de redistribution des rôles post-présidentielle.

Le PS tenait sa traditionnelle université d’été à La Rochelle, avec en ligne de mire la préparation de la succession de la première secrétaire Martine Aubry. Dans une interview au JDD, le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone, proche de la dirigeante socialiste, estime que le député Jean-Christophe Cambadélis a le «profil» pour prendre la tête du parti, pour laquelle il devra affronter Harlem Désir.

Concernant Martine Aubry, Le Figaro estime que la première secrétaire «lâche doucement les amarres», tandis que Libération affirme qu'elle se pose en «recours» pour Matignon pour une seconde phase du quinquennat. Le Monde note de son côté que la maire de Lille «s'est bien gardée de dire quoi que ce soit de trop précis» sur son avenir lors du discours de clôture.

Autre sujet de discussion à gauche, la solidarité gouvernementale face aux choix budgétaires et européens à venir. Dans une interview au JDD, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault affirme que «la discussion au conseil des ministres est libre, mais [qu’]une fois que la décision est prise, la règle, c’est la solidarité gouvernementale», et que cela vaut aussi pour les parlementaires.

Pendant ce temps, à Saint-Martin-d’Hères (Isère), où le Front de gauche organisait ses Estivales citoyennes, Jean-Luc Mélenchon a appelé à une manifestation nationale pour obtenir un référendum sur la ratification du traité budgétaire européen.

A droite, au lendemain de la réunion des amis de Nicolas Sarkozy, la journée a été marquée par la poursuite du duel Copé/Fillon pour la présidence de l’UMP. Le secrétaire général de l’ancien parti majoritaire a officialisé sa candidature lors d’un rassemblement militant à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône) dans lequel Libération a vu la «démonstration de force» d’un «rouleau compresseur», truffée «de références au sarkozysme», bref un discours de «continuateur» selon le Nouvel Observateur.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

François Fillon, lui, est intervenu lors d’un barbecue militant à Saint-Denis-d’Orques (Sarthe), dans une «ambiance […] beaucoup plus intime, avec quelques centaines de sympathisants présents», selon l’AFP. Et a prononcé assis, en raison de son récent accident de scooter, un discours «rassembleur» au cours duquel il a insisté sur le «déclin» de la France.

En savoir plus:

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio