Life

L'Anatolie, berceau des langues indo-européennes

Pauline Moullot, mis à jour le 24.08.2012 à 18 h 03

Ephese/Harvey BarrisonVia FlickrCC LicenceBy

Ephese/Harvey BarrisonVia FlickrCC LicenceBy

Le berceau des langues indo-européennes se situerait en Turquie. C’est du moins ce qu’affirment des chercheurs d’Auckland (Nouvelle-Zélande), selon le New York Times.

Quentin Atkinson, un biologiste, a annoncé dans la revue Science avoir «trouvé un appui concluant à l’hypothèse d’une origine anatolienne plutôt que des steppes». La généalogie des langues indo-européennes «coïncide avec une expansion de l’agriculture depuis l’Anatolie il y a 8.000 ou 9.500 ans».

L’anglais, l’espagnol, le russe, le grec et l’hindi sonnent tous très différemment mais l’on retrouve quand même un certain nombre de points communs. Par exemple, le terme «mère» se dit moeder en hollandais, madre en espagnol, mat en russe et mother en anglais. C’est à partir de là que les chercheurs ont décidé que plus d’une centaine de langues, de l’Europe jusqu’au Moyen-Orient et de l’Islande au Sri-Lanka, avaient le même ancêtre.

La revue scientifique Nature explique que les chercheurs espèrent que leur découverte mettra fin à une controverse qui oppose deux hypothèses sur l’origine des langues: l’hypothèse anatolienne, défendue par l’équipe d’Atkinson, et l’hypothèse des steppes, défendue par des linguistes.

Alors que les «Anatoliens» affirment que ce sont les agriculteurs pacifiques d’Anatolie qui ont diffusé leur langue en migrant il y a près de 9.000 ans, la théorie «des steppes» soutient que les langues se sont diffusées grâce au char. Des bergers conduisant des chars originaires des steppes au-dessus de la mer noire auraient conquis l’Europe et l’Asie il y a 4.000 ans.

Le Washington Post explique que l’équipe d’Atkinson a utilisé une méthode informatique aussi employée pour trouver l’origine des épidémies de virus pour comprendre celle des langues.  Selon Nature, les mots et les gènes ont plusieurs points communs, et l’évolution du langage peut facilement être dessinée en utilisant un arbre généalogique.

Mais les partisans de l’hypothèse des steppes ne sont pas convaincus. L’un d'entre eux a expliqué au New York Times qu’Atkinson n’était pas un linguiste et que les évolutions sonores et morphologiques devraient être prises en compte pour analyser leur origine.

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte