Monde

La Chine croule sous les stocks d'invendus

Pauline Moullot, mis à jour le 25.08.2012 à 9 h 08

Assembly Line/MitchAltman Via FlickrCC Licence By

Assembly Line/MitchAltman Via FlickrCC Licence By

Après avoir connu des décennies de croissance spectaculaire, la Chine est désormais confrontée à un problème: elle produit trop de biens et croule maintenant sous les invendus.

De l’acier à l’électroménager en passant par les voitures et l’immobilier, l’excès de stock concerne toutes les industries et provoque un ralentissement de l’économie et de la production chinoise en plus d’une baisse des prix sur le marché chinois.

Ces problèmes dans le principal moteur économique depuis le début de la crise en 2008 font imaginer le pire à certains économistes, qui craignent une baisse des importations chinoises mais aussi une chute des prix et de la production dans le monde entier selon le New York Times.

Le Financial Time prend l’exemple de l’équipementier sportif Li Ning, dont l’action avait plus que triplé entre début 2009 et fin 2010. Depuis, son surplus de stock l’a fait chuter de 85% par rapport à son plus haut niveau.

Anne Stevenson Yang, directrice de recherche d’une société d’analyse économique à Hong Kong, indique que «dans les entreprises industrielles que nous observons, les gens s’attendaient à une augmentation des ventes pendant l’été, ce qui ne s’est pas produit». Comme ce propriétaire d’une entreprise de gros qui vend des cadres à photos et des tasses et dont les ventes ont chuté de 50% en un an: son stock est au plus haut.

Selon le New York Times, les secteurs immobiliers et automobiles souffrent aussi de ce phénomène de surproduction notamment car le gouvernement chinois a décidé lui-même de ralentir leur production. Le premier ministre Wen Jiabao a décidé d’interdire l’acquisition de plus d'une résidence en espérant diminuer la spéculation immobilière. Mais les constructions immobilières et l’emploi dans le bâtiment en ont aussi souffert.

Sur Slate.com, Matthew Yglesias rappelle que Marx expliquait que le capitalisme conduirait inéluctablement à des crises de surproduction.

«Il serait toutefois assez ironique s’il s’avérait que Marx avait raison et que le succès de la Chine en tant que puissance industrielle l’amenait à une révolution socialiste.»

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte