Monde

Anders Behring Breivik condamné à au moins 21 ans de prison

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 24.08.2012 à 12 h 13

Anders Behring Breivik arrive dans le tribunal d'Oslo, le 24 août 2012. REUTERS/ HEiko Junge/NTB Scanpix/Pool.

Anders Behring Breivik arrive dans le tribunal d'Oslo, le 24 août 2012. REUTERS/ HEiko Junge/NTB Scanpix/Pool.

Anders Behring Breivik a été condamné, vendredi 24 août, à 21 ans de prison par le tribunal d'Oslo, une peine qui peut être prolongée, selon l'AFP citée par France TV Info. Cela signifie que l'auteur du meurtre, le 22 juillet 2011, de 77 personnes (huit dans un attentat à la bombe contre le siège du gouvernement norvégien et 69 autres dans une attaque contre le camp d'été de la Jeunesse travailliste, sur l'île d'Utoeya), a été reconnu responsable pénalement de ses actes.

La culpabilité de Breivik ne faisant aucun doute, c'était sa santé mentale qui devait déterminer le verdict rendu ce vendredi. Un casse-tête pour les experts psychiatriques, comme Jean-Yves Nau l'expliquait sur Slate: cela pose la question de «la lecture que peut aujourd’hui faire la psychiatrie de l’état mental des terroristes revendiquant de telles actions racistes»:

«De ce point de vue, le cas Breivik est une formidable et tragique épure. Et quel qu’en soit le verdict, le procès d’Oslo fera date. Anders Breivik ne conteste pas les faits dont il est accusé et pour lesquels il est aujourd’hui jugé. Bien au contraire: il les revendique. Pour autant, il plaide non coupable. Il qualifie en effet ses gestes, par ailleurs mûrement préparés, d'"attaques préventives contre les traîtres à la patrie"; des traîtres coupables à ses yeux de livrer la Norvège au "multiculturalisme" et à "l'invasion musulmane".»

Breivik purgera sa peine dans la prison d'Ila, où il était détenu depuis un an sous le régime de «particulièrement haute sécurité», rapporte la BBC. Il sera d'abord isolé des autres prisonniers, a précisé la prison, et a pour l'instant trois cellules à sa disposition, «en compensation» de cet isolement qui l'empêche d'accéder à des activités offertes aux autres détenus.

La prison a publié les photos ci-dessous de ses locaux, donnant une idée du cadre de vie de Breivik:

Un ordinateur portable dans une cellule de la prison d'Ila, près d'Oslo. REUTERS/Ila Prison/Glefs AS/NTB Scanpix 

Une cellule pour faire du sport dans la prison d'Ila, près d'Oslo REUTERS/Ila Prison/Glefs AS/NTB Scanpix 

A lire sur Slate, l'ensemble de notre dossier sur Anders Behring Breivik:

>> Anders Breivik, premier terroriste ultra-européen ou loup solitaire?

>> Dans la tête de Breivik

>> Anders Behring Breivik et le terrorisme chrétien

>> Norvège: à qui appartient le manifeste d'Anders Behring Breivik?

A voir en grand format:

>> La prison humaine à la norvégienne

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte