Culture

Le Batman de Nolan a eu moins de succès que le premier de Burton

Temps de lecture : 2 min

Dark Kight Rises Batman poster / marvelousroland via Flickr CC License by.
Dark Kight Rises Batman poster / marvelousroland via Flickr CC License by.

Impossible de passer à côté du phénomène The Dark Knight Rises. Les fans sont partout (mais alors, vraiment partout). Selon Le Nouvel Observateur, pour sa quatrième semaine sur les écrans français, le film comptabilise ainsi 3.653.657 entrées.

Première a effectué un classement des sept films de la saga sortis en France depuis le premier Batman de Tim Burton en 1989. On retrouve d’ailleurs celui-ci en troisième position, avec 2.168.619 entrées. La deuxième place est occupée par The Dark Knight, avec 3.036.568 entrées, et la première, donc, par The Dark Knight Rises.

Aux Etats-Unis, où les ventes de places de cinéma ne sont pas comptabilisées, les classements se font en fonction des recettes des films. En quatre semaines, The Dark Knight Rises a enregistré 412 millions de dollars (330 millions d'euros) de recettes contre «seulement» 251 millions de dollars (200 millions d'euros) pour le Batman de Tim Burton.

Or, le site américain Movies montre que c'est en réalité le tout premier film de la saga qui a le plus marché. Movies explique qu’avec des places vendues à un prix moyen de 3,97 dollars (3 euros) en 1989, on estime que Batman a rassemblé près de 63 millions de spectateurs.

Actuellement, le prix des places de cinéma est plutôt de l’ordre de 8 dollars (6,5 euros) aux Etats-Unis. Près de 51 millions d’Américains se sont donc déplacés pour voir le film. Batman a ainsi rassemblé près de 12 millions de spectateurs de plus que The Dark Knight Rises! Même si le film reste à l’affiche encore plusieurs semaines, Movies estime qu’il ne pourra jamais égaler le succès du premier volet de la saga.

Mais n’oublions pas que le succès d’un film ne se limite pas seulement au nombre d’entrées, d’autres facteurs entrant en ligne de compte. Les conditions de sortie (la date de sortie mais également le nombre de copies), le temps d’exploitation, le rapport coût/recettes, le public disponible et le caractère international, ou non, du film jouent beaucoup... mais aussi et surtout, la satisfaction du public.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Et pour The Dark Knight Rises, une scène en particulier a mis tout le monde d’accord

Newsletters

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

Loin des rumeurs de film scandaleux, le nouveau film de David Cronenberg est une œuvre de science-fiction plutôt méditative… et incomplète.

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Le film de Cristian Mungiu déploie dans toute son ampleur un constat que décrivent aussi plusieurs autres films du festival, dont deux beaux films portugais étrangement similaires, «Alma Viva» et «Restos do Vento».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio