Life

Une nouvelle maladie apparait en Asie

Pauline Moullot, mis à jour le 27.08.2012 à 10 h 24

Scientist/RDECOM ViaFlickrCC LicenceBy

Scientist/RDECOM ViaFlickrCC LicenceBy

Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine et menée à Taiwan et en Thaïlande révèle l’existence d’une maladie inconnue jusque-là. Similaire au sida, elle s’attaque au système immunitaire des malades et touche principalement des personnes d’origine asiatique qui ne sont pas porteuses du VIH.

Associated Press rapporte que le système immunitaire des patients est endommagé, rendant les malades incapables de se battre contre les infections. On ignore encore les causes de cette maladie mais celle-ci n’est pas contagieuse.

Contrairement au VIH, la maladie n’attaque pas les lymphocytes T (qui protègent des infections) mais provoque d’autres dégâts. Medical Express explique que les personnes qui en sont atteintes fabriquent un anticorps contre l’interféron gamma (INF), une substance qui active des globules blancs indispensables à la défense de l’organisme.  

Le fait que tous les malades soient d’origine asiatique corrobore l’hypothèse selon laquelle il y aurait un facteur génétique ou un facteur environnemental qui provoquerait la maladie. Les premiers cas sont apparus en 2004. «On sait qu’il y a beaucoup de personnes malades ici», indique la directrice de l’étude Sarah Browne, chercheuse à l’institut national des allergies et maladies infectieuses, sans compter tous les patients mal diagnostiqués dont les cas ont été confondus avec de la tuberculose.

Sarah Browne explique que la maladie apparait chez des patients âgés d’une cinquantaine d’années mais ne se retrouve pas au sein d’une même famille, ce qui exclut l’idée selon laquelle un seul gène serait responsable. Certains patients sont décédés d’infections très importantes, y compris des personnes d’origine asiatique qui vivent désormais aux Etats-Unis: les médecins ne disposent toutefois pas de chiffres concernant le nombre de décès dus à cette maladie.

Kim N’Guyen, une couturière de 62 ans originaire du Vietnam qui vit désormais dans le Tenessee, est tombée gravement malade en 2009. Elle souffrait entre autres d’une fièvre très importantes et d’infections qui touchaient ses os. Elle avait voyagé au Vietnam en 1993 et 2009.

Transférée à l’institut national des allergies et maladies infectieuses dans le Maryland, Kim N’Guyen a dû rester un an à l’hôpital et y effectuait une visite de contrôle au moment de son interview par AP.

Une fois les infections traitées, la maladie se calme chez certains patients, mais la déficience de leur système immunitaire reste une condition chronique.

Scientist/RDECOM Via FlickrCC Licence By

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte