Monde

Pourquoi la presse britannique n'a pas (encore) publié les photos du prince Harry nu

Temps de lecture : 2 min

Prince Harry/CharlesMcCain Via FlickrCC LicenceBy
Prince Harry/CharlesMcCain Via FlickrCC LicenceBy

Des photos du Prince Harry nu dans une suite d’hôtel à Las Vegas ont été publiées par le site people américain TMZ mardi 21 août, mais pas encore par la presse britannique: les célèbres tabloïds anglais n'ont pas (encore) osé publier les photos, rapporte la version britannique du Huffington Post.

Neil Wallis, ancien rédacteur en chef adjoint des tabloïds The Sun et News of The World, mis en cause dans «l'opération Weeting» (l’enquête menée par la police britannique après le scandale des écoutes téléphoniques menées par le tabloïd News Of The World), explique que les rédacteurs en chef ne décident pas ou non de publier ces clichés en fonction de leurs idéaux journalistiques mais de leur peur de se faire renvoyer:

«Rien à voir avec un mérite journalistique, rien à voir avec ce que vaut l’histoire, rien à voir avec des problèmes légaux, rien à voir avec l’éthique journalistique… Les décisions se prennent en fonction de: «Que va en penser Lord Leveson?»

Ce dernier est en charge d’une enquête menée depuis le 14 novembre dernier sur l’état de la presse britannique. Le premier ministre David Cameron avait demandé son ouverture après que le tabloïd News of the World ait été accusé d’avoir piraté le téléphone portable de Milly Dowler, une lycéenne assassinée. Le scandale avait révélé que les écoutes téléphoniques étaient courantes pour la presse britannique, en particulier pour les journaux du groupe NewsCorp de Rupert Murdoch.

Neil Wallis compare l’ambiance de l’instruction à celle du «procès des sorcières de Salem». Selon lui, cette enquête a instauré une nouvelle règle dans la presse britannique:

«Ne publiez rien nulle part auquel quiconque pourrait s’opposer –et certainement pas sans leur permission! Cela a un effet dévastateur sur ce qui a été pendant plus d’un siècle la presse la plus dynamique du monde.»

Le journaliste déplore donc que la décision de publier ou non ces clichés ne relève pas d’un choix éditorial mais du fait que «la voix la plus écoutée dans les salles de rédaction britanniques soit celle de Lord Leveson». Lui publierait ces photos car il les trouve «marrantes».

Le tabloïd The Sun a, lui, contourné le problème en faisant sa une avec une photo nue d’Harry… Miller, un de ses journalistes, rapporte le Daily Beast. Celui-ci a en fait posé dans la même position que le prince avec en titre: «Harry empoigne les joyaux de la couronne».

Dans l’article, le Sun indique que «les photos coquines ont été publiées par des centaines de site internet dans le monde, y compris par des journaux respectés. Mais St Jame’s Palace [les services de l'administration royale, NDLR] a envoyé un courrier officiel aux journaux britanniques conseillant vivement aux rédacteurs en chef de ne pas les utiliser, en expliquant que leur publication constituerait une intrusion injustifiée dans la vie privée du Prince.»

Des clichés qui ne choquent pas non plus le Telegraph (qui ne les reproduit pourtant pas...), qui cite Ingrid Seward, biographe royale et éditrice de Majesty Magazine: ce faux pas d’Harry «ne fera aucun tort à la famille royale. Il est le Boris Johnson de la famille royale», explique-t-elle en faisant référence à l’extravagance du maire de Londres.

Newsletters

Le Cuba d’hier explique les manifestations d’aujourd’hui

Le Cuba d’hier explique les manifestations d’aujourd’hui

Le 11 juillet 2021, les Cubains descendent dans la rue pour demander la «fin de la dictature», un événement presque inédit dont Jorge Felipe Gonzales décrit les racines. 

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 24 au 30 juillet 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 24 au 30 juillet 2021

Reconnaissance d'une «dette» de l'État français à l'égard de la Polynésie française, JO de Tokyo et incendies en Sibérie... La semaine du 24 au 30 juillet 2021 en images.

Ces choses auxquelles les Français qui s'installent aux États-Unis ont le plus de mal à s'habituer

Ces choses auxquelles les Français qui s'installent aux États-Unis ont le plus de mal à s'habituer

Passer d'un pays à un autre, c'est faire face à toute une somme de petites et de grandes différences culturelles qui peuvent perturber.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio