Monde

Une interview inédite de Martin Luther King retrouvée dans un grenier

Temps de lecture : 2 min

MartinLuther King, Jr/ Dick DeMarsico Via Wikimedia Commons
MartinLuther King, Jr/ Dick DeMarsico Via Wikimedia Commons

Une interview inédite de Martin Luther King vient d’être retrouvée dans un grenier de Chattanooga dans le Tenessee. Associated Press rapporte que Stephon Tull fouillait dans des vieux cartons de son père, un agent d'assurances, lorsqu’il a trouvé une bande audio avec écrit «Interview du Dr. King, 21 décembre 1960».

«On ne peut pas décrire ça. Je ne pouvais pas y croire […] j’ai trouvé un morceau perdu d’histoire.»

Le père de Stephon Tull avait interrogé Martin Luther King pour écrire un livre sur le racisme qui n’a finalement jamais vu le jour. Il parle dans l’interview des droits de l’homme, de la non-violence et d’un récent voyage en Afrique.

Clayborne Carson, professeur d’histoire et fondateur de l’institut de recherche et d’éducation Martin Luther King à l’université de Stanford explique à CNN que c’est cette partie sur le voyage en Afrique de King qui fait tout l’intérêt de l’interview, il suppose qu’il fait référence à son voyage au Nigeria dont les historiens savent très peu de choses.

«Nous n’avons pas beaucoup d’informations sur son voyage au Nigeria […] Il n’a donné ni conférences de presse, ni interviews et à ce qu’on sait n’a pas écrit de lettres non plus.»

Au cours de l'entretien, on entend King expliquer: «j’ai eu l’opportunité de parler avec la plupart des principaux dirigeants des nouveaux pays Africains indépendants et des dirigeants de pays qui se dirigent vers l’indépendance. Et je pense que tous sont d’accord pour dire que les Etats-Unis doivent résoudre ce problème d’injustice raciale si l’on veut rester à la tête du monde.»

Réalisée le 21 décembre 1960, l’interview a eu lieu trois ans avant le célèbre discours «I Have a Dream» et huit avant son assassinat à Memphis.

On l’entend aussi affirmer à propos du Mouvement des droits civiques dans un extrait d’enregistrement que s’est procuré le Washington Post: «je suis convaincu que quand les livres d’histoire seront écrits dans les années qui viennent, les historiens devront citer ce mouvement comme l’une des dates les plus importantes de notre héritage».

«Entendre sa voix et écouter son discours a été tellement émouvant et puissant», a indiqué John Lewis, un parlementaire qui a travaillé avec King en tant que dirigeant d’un comité étudiant pour la non-violence, après avoir écouté l’enregistrement.

Stephon Tull est en discussion avec Keya Morgan, un collectionneur et expert qui a authentifié l’interview, pour organiser sa vente. Il espère qu’un musée ou une université en fera l’acquisition.

«Quand je l’ai entendu, j’en ai eu la chair de poule […] On a l’impression qu’il est assis dans votre salon en train de vous parler.»

Pauline Moullot Journaliste

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters