Monde

Les banlieues françaises, modèle réduit des problèmes de la zone euro

Temps de lecture : 2 min

Paris / Arnaud DG Via Flickr CC Licence by.
Paris / Arnaud DG Via Flickr CC Licence by.

Les émeutes d’Amiens ne reflètent pas uniquement des problèmes spécifiques aux banlieues françaises, mais plus largement ceux de la zone euro, selon le magazine Time.

Dans «Comment la France est un modèle réduit de la zone euro», le journaliste Bruce Crumley explique pourquoi les problèmes d’intégration des banlieues françaises sont comparables à ceux de l’unité de la zone euro. Quel rapport? «Comme en France, l’ensemble des 17 pays est en réalité divisé entre ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas, et les déséquilibres au niveau des économies, du chômage et de la richesse deviennent de plus en plus intenables.»

Pour trouver une sortie à la crise de la zone euro, Bruce Crumley explique que ses membres devront s’aider mutuellement et créer une union beaucoup plus forte. De la même manière, il explique que la France devrait chercher à intégrer les habitants des banlieues au sein de la société traditionnelle française au lieu de simplement rénover des immeubles délabrés:

«En cherchant à en finir avec les divisions qui touchent à la fois la France et la zone euro, tous les acteurs doivent se résoudre à abandonner des aspects significatifs du statu quo familier mais dysfonctionnel afin de créer la possibilité de recevoir quelque chose de durable en retour.»

Pauline Moullot Journaliste

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters