Sports

Ce qui va arriver aux athlètes nord-coréens revenant des JO

Johan Hufnagel, mis à jour le 18.08.2012 à 12 h 06

Om Yun-Chol célèbre sa médaille d'or en haltérophilie le 29 juillet 2012 à Londres. REUTERS/Dominic Ebenbichler.

Om Yun-Chol célèbre sa médaille d'or en haltérophilie le 29 juillet 2012 à Londres. REUTERS/Dominic Ebenbichler.

Une semaine après avoir vu rentrer, un à un, les médaillés olympiques français à la gare du Nord à Paris, puis parader en groupe sur les Champs-Elysées, on oublie que dans certains pays, les conséquences pour les athèles sont autrement plus complexes. Foreign Policy s'est justement intéressé aux autres réceptions de champions, ou plutôt aux réceptions de ceux qui n'avait pas répondu aux espoirs placés en eux par l'Etat ou leurs supporters. 

Bien sûr, il y a le blues post Jeux des athlètes qui vont pointer au chômage, comme c'est le cas au Canada, par exemple. Après avoir été célébrés comme des dieux du stade, la chute est violente. En Australie, en Tanzanie, et ailleurs, certains font face à une presse déçue et doivent rendre des comptes.

Mais quand la politique sportive se confond de façon dramatique avec l'honneur du pays, les proportions ne sont plus tout à fait les mêmes. Ainsi au Keny et au Nigeria… Le Kenya est parti de Londres avec la récolte la plus maigre depuis des décennies et même si ses sportifs sont revenus avec 11 médailles, le pays se situe derrière ses grands rivaux éthiopiens et sud-africains; le Nigeria est rentrée sans aucun podium.

Du coup, les gouvernements des deux pays ont ordonné l'ouverture d'enquêtes publiques pour comprendre ce qui n'a pas fonctionné et le président du Nigeria Goodluck Jonathan a même annoncé une refonte complète du système sportif du pays. La réaction de la presse a été au diapason, voire plus acerbe: «Le fiasco olympique du Kenya», «Le voile se lève sur les sombres secrets de l'équipe kenyane»

Evidemment, ceci est sans commune mesure avec ce qui pourrait se passer pour les non-médaillés nord-coréens. Pour l'instant, on ne connaît pas le sort de l'équipe de foobal féminin, une victoire pour deux défaites dans le tournoi olympique, et une 9e place, mais il faut espérer qu'elle ne partagera pas celui de l'équipe de foot du Mondial 2010.

Avec trois défaites au compteur, elle avait été publiquement humilée lors d'une séance de réprimandes de six heures, au cours de laquelle on leur avait expliqué combien ils avaient déçu Kim Jong-Un (alors héritier de Kim Jong-Il). Les joueurs avaient ensuite un à un critiqué leur entraîneur, qui avait probablement été ensuite conduit dans un camp de travail. Comme tous les autres athlètes qui ont déçu le Grand Leader. C'est du moins ce que raconte la rumeur. 

Ce qui est certain, c'est que Om Yun Chol n'ira pas les rejoindre. Champion olympique d'haltérophilie,  discipline qui a particulièrement souri aux Nord-Coréens, il a attribué son success au Grand Leader. Lui et les autres médaillés, après avoir été accueillis en héros dans un barrage de fleurs, recevront des récompenses incroyables pour ce pays qui souffre de famine, dont des voitures et des réfrigérateurs.

Johan Hufnagel
Johan Hufnagel (67 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte