Monde

L'épidémie de tabac toujours plus galopante: un milliard de morts à cause du tabac au XXIe siècle

Jean-Yves Nau, mis à jour le 26.11.2012 à 11 h 40

Photo: Main avec une cigarette. Denis Defreyne via Flickr CC License by

Photo: Main avec une cigarette. Denis Defreyne via Flickr CC License by

Actualisés, les chiffres n’en sont que plus spectaculaires. Loin de régresser, l’épidémie de tabagisme progresse et semble s’installer de manière chronique dans les pays en voie de développement. C’est le constat alarmant que dresse les auteurs d’une étude que vient de publier l’hebdomadaire médical britannique The Lancet; un constat qui réclame selon eux des mesures de santé publique d’une ampleur sans équivalent avec celles qui sont aujourd’hui mises en œuvre.

Baptisée GATS (Global Adult Tobacco Survey), cette étude fait la synthèse des données concernant la consommation de tabac des personnes âgées de plus de 15 ans de 2008 à 2010. Ces données proviennent de 16 pays de niveaux de développement très différents: Bangladesh, Brésil, Chine, Egypte, Inde, Mexique, Philippines, Pologne, Royaume-Uni, Russie, Thaïlande, Turquie, Ukraine, Uruguay, Vietnam et Etats-Unis. Soit un peu plus de trois milliards d’habitants.

Elle établit qu’en moyenne 48,6% des hommes et 11,3% des femmes sont des consommateurs de tabac. Ces pourcentages correspondent  à environ 852 millions de personnes: 661 millions de fumeurs (cigarettes, bidis, narguilé...) et 247 millions de consommateurs n’inhalant pas le fumée du tabac (tabac à chiquer, à priser...).

A elle seule, la Chine compterait 301 millions d'usagers du tabac, suivie de près par l'Inde (près de 275 millions) où plus de la moitié des cancers de la sphère buccale sont la conséquence directe de la consommation de tabac à chiquer ou à priser. Selon l'OMS, le tabac provoque la mort prématurée de six millions de personnes chaque année.

Le tabagisme est le plus souvent un comportement masculin. Chez les femmes, la proportion varie sensiblement, passant de 0,5% en Egypte à 24,4% en Pologne. Elle est de 21% au Royaume-Uni et de 16% aux Etats-Unis. Les épidémiologistes notent toutefois que l'augmentation du tabagisme féminin a des âges de plus en plus jeunes est une donnée particulièrement préoccupante.

Les spécialistes de santé publique déplorent le sous-investissement dans la lutte antitabac dans la plupart de ces pays. Dans les pays à faible revenu, pour 9.100 dollars perçus en taxes sur le tabac, un seul est dépensé pour la lutte antitabac, remarque ainsi un éditorial du Lancet.

Si les tendances actuelles de la consommation se maintiennent, les fabricants de produits dérivés du tabac pourraient être directement à l’origine de près d’un milliard de morts prématurées durant le XXIe siècle. L’étude a été financée par la «Bloomberg Philanthropies' Initiative to Reduce Tobacco Use», la «Bill and Melinda Gates Foundation» ainsi que par les gouvernements indien et brésilien.

Notre dossier tabac

Cette publication coïncide avec une décision de la justice australienne en faveur de la lutte anti-tabac. La Haute cour de Sydney a rejeté le 15 août le recours formé par Philip Morris, British American Tobacco (BAT), Japan Tobacco International et Imperial Tobacco. A partir du 1er décembre, les cigarettes distribuées en Australie seront donc bien vendues dans des paquets «uniformes» avec apparence identique pour toutes les marques. Les emballages d'un vert olivâtre sombre et couverts d'avertissements choc porteront comme seul élément distinctif la marque et le nom du produit imprimés toutes avec les mêmes caractères. Cette décision est notamment commentée sur le site français pro-tabac lemondedutabac.com.

Les multinationales du tabac dénonçaient cette mesure au motif qu'elle viole le droit de la propriété intellectuelle. Ils ajoutaient que les paquets seraient à l’avenir seraient ainsi plus aisés à copier par les contrefacteurs. BAT prophétise que les paquets uniformes vont entraîner une explosion du marché noir qui «bénéficiera seulement au crime organisé».

Philip Morris va engager une action à Hong Kong car la décision de la Haute cour enfreint, selon cette firme, un traité d'investissement bilatéral signé entre l'Australie et le territoire chinois. L'Australie fait en outre l'objet de plaintes de pays comme le Honduras, l'Ukraine et la République dominicaine auprès de l'Organisation mondiale du commerce.

La ministre australienne de la Justice Nicola Roxon estime quant à elle que d’autres pays pourraient suivre cet exemple, notamment  le Canada, la Nouvelle-Zélande et plusieurs pays de l'Union européenne. La ministre française de la Santé Marisol Touraine a récemment déclaré que le gouvernement n’y était pas opposé. Le Dr Margaret Chan, directrice générale de l'Organisation mondiale de la Santé a salué la décision «historique» de la justice australienne et appelé le reste du monde à suivre cette politique menée par l'Australie sur le marketing du tabac. Dans un communiqué diffusé mercredi 15 août, elle a estimé qu'avec «la victoire australienne, la santé publique entre dans un nouveau monde courageux pour le contrôle du tabagisme».

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (803 articles)
Journaliste
OMCOMSAustralietabagismeSanté
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte